BFMTV

Le parquet rouvre l'enquête sur l'accusation de viol visant Gérald Darmanin

Le ministre de l'Action et des Comptes publics est visé par une enquête préliminaire, rouverte automatiquement après une nouvelle plainte pour un viol qui aurait eu lieu en 2009.

Il s'agit d'une procédure automatique pour ce genre de plainte: selon des informations du Monde, confirmée à BFMTV, le parquet de Paris a rouvert une enquête portant sur des accusations de viol proférées à l'encontre du ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin.

Sophie Spatz, 46 ans, accuse l'ancien maire de Tourcoing de l'avoir violée dans une chambre d'hôtel en 2009, alors qu'elle le sollicitait pour qu'il intercède dans une affaire judiciaire la concernant. 

"Dénonciation calomnieuse"

Une première plainte, déposée en juin 2017 au parquet de Paris, avait donné lieu à une enquête préliminaire. Sophie Spatz n'ayant pas répondu aux convocations des enquêteurs, la procédure avait été classée sans suite un mois plus tard pour "absence d'infraction". "Elle ne voulait pas y aller toute seule et elle subissait une intimidation de la part de son entourage", explique à franceinfo son avocate, Élodie Tuaillon-Hibon.

Gérald Darmanin avait quant à lui déposé une plainte en dénonciation calomnieuse le 17 juin 2017. "L'intention de nuire résulte de la chronologie: un dépôt de plainte 9 ans après et parce qu'il est devenu ministre. Pour sa part la justice n'a pas d'autre alternative que d'ouvrir une enquête, avant de classer. Et nous plaiderons alors la dénonciation calomnieuse, délit réprimé par une peine de 5 ans de prison", détaillent les avocats du ministre.

Soutien de Matignon

Après un nouveau courrier au parquet de Paris courant janvier, l'enquête a été rouverte le 22 janvier - une procédure automatique dans les dossiers d'agression sexuelle et de viol. Cette fois, Sophie Spatz a été entendue par la plus de huit heures par police judiciaire, le 25 janvier.

A l'annonce de la réouverture d'une enquête contre le ministre du Budget, le Premier ministre, informé par le principal intéressé, a renouvelé "toute sa confiance" à Gérald Darmanin, a appris BFMTV. "M. Darmanin a été d’une totale transparence vis-à-vis des faits, insiste Matignon dans un communiqué. Justice est à nouveau saisie et elle doit pouvoir travailler en toute indépendance."

Et de conclure: "Le Premier ministre tient à rappeler d’une part que les règles fixant l’appartenance au gouvernement sont connues, et d’autre part que M. Darmanin a toute sa confiance."

Consentement 

En 2009, Sophie Spatz est obnubilée par sa condamnation, cinq ans plus tôt à 10 mois de prison avec sursis et 15 000 euros de dommages et intérêts pour chantage, appels malveillants et menace de crime. Après avoir frappé à de nombreuses portes, l'ancienne call-girl se tourne vers l'UMP, parti au sein duquel Gérald Darmanin est encore anonyme. Le futur ministre reçoit la jeune femme et, comme le relate Le Monde, envoie une lettre à la garde des Sceaux, Michèle Alliot-Marie, dans laquelle il la prie "de bien vouloir faire recevoir madame Patterson (nom de jeune de fille de Sophie Spatz, NDLR.) ou, pour le moins faire étudier sérieusement son dossier".

C'est après un dîner au cours duquel Sophie Spatz espérait obtenir cette missive que Gérald Darmanin l'aurait, selon elle, forcée à avoir un rapport sexuel avec lui dans un hôtel. L'enquête doit déterminer s'il y a eu relation sexuelle, et si cette dernière était consentie. Un échange de SMS versé au dossier ne suffit pas à éclairer ce pan du dossier: 

"Quand ont sait l'effort qu' il ma fallu pour baiser avec toi !!!! Pour t'occuper de mon dossier", écrit Sophie Spatz. Réponse de Gérald Darmanin: "Tu as raison je suis sans doute un sale con. Comment me faire pardonner ?"

Sans qualification de viol, la prescription empêcherait tout autre poursuite pour d'éventuelles infractions sexuelles. 

Louis Nadau