BFMTV

Le parcours du combattant du père d'un enfant foudroyé

En 2007, Robin, alors âgé de 13 ans, est foudroyé. D'abord en urgence absolue, l'adolescent s'en sort. Depuis, son père, Bruno, se bat pour qu'il reçoive des soins adaptés.

Un cas rarissime. Robin a été foudroyé en 2007 alors qu'il était âgé de 13 ans. Ses médecins avaient prédis le pire à ses parents mais l'adolescent a survécu. Souffrant de neuropathies, de troubles de la vue, de l’audition... le jeune garçon est hospitalisé en région parisienne. Ce drame retentit pour la famille du jeune garçon après qu'un groupe de onze personnes, dont huit enfants, a été touché par la foudre samedi au parc Monceau. Cinq sont toujours hospitalisés.

Juste après ce drame, le père de Robin lance, une nouvelle fois, un cri d'alarme pour réclamer des soins adaptés pour son fils, promis il y a deux ans par le ministère de la Santé.

"Je demande à Madame Touraine, qu’elle trouve un centre à Robin avec des soins et que l’on puisse appliquer ce protocole de soins qui a été mis en place au ministère de la Santé en 2014 car aujourd’hui ce n’est pas le cas", dénonce Bruno Richard.

"Le cerveau grillé"

En 2007, Robin est traversé par un courant estimé entre 400.000 et deux millions de volts. "Comme les petits sur Paris, il était en urgence absolue, raconte à BFMTV Bruno Richard. On nous a dit ‘il a le cerveau grillé, il faut le débrancher’ tout le monde pensait qu’il allait mourir, mais non. Aujourd’hui il est bien vivant, il nous fait des sourires, il fait plein de progrès, mais il pourrait aller mieux."

Bruno Richard a quitté sa région d'origine, Marseille, pour s'installer en banlieue parisienne aux côtés de son fils, hospitalisé dans le Val-d'Oise. Travaillant comme facteur, ce père de famille a dû s'improviser spécialiste. Chaque soir, il étudie pour soigner les pathologies de son fils.

"La neuro-plasticité cérébrale, les conductions neuro-motrices… c’est tout un tas de domaines que l’on apprend pour pouvoir essayer de faire avancer Robin, pour le faire progresser", détaille-t-il.

Depuis ce tragique accident il y a neuf ans, Bruno Richard s'est mis sept fois en grève de la faim. Avec des soins adaptés au cas de Robin, qui n'entre dans aucune case du service français de santé, l'état de son fils s'améliorerait. Sans, il se dégrade, déplore ce père.

J.C. avec Caroline Mier et Katia Kerbous