BFMTV

La créatrice de #balancetonporc, condamnée pour diffamation envers l'homme qu'elle accusait

L'homme qu'elle accusait, Éric Brion, l'avait poursuivie pour diffamation à son encontre, après que la journaliste avait publié des propos déplacés qu'il lui avait adressés.

Elle est considérée comme l'initiatrice du #MeToo français. Deux ans après avoir lancé le hashtag #balancetonporc sur Twitter, accusant Éric Brion, ancien patron de la chaîne de télévision Équidia, de harcèlement sexuel à son encontre, la journaliste Sandra Muller a été condamnée pour diffamation, a appris l'AFP ce mercredi après-midi de sources concordantes.

Elle a été condamnée à 15 000 euros de dommages et intérêts au titre du préjudice moral, selon la décision consultée par l'AFP. Son avocat, Me Francis Szpiner, a indiqué qu'il entendait interjeter appel.

"Tu as des gros seins. Tu es mon type de femme. Je vais te faire jouir toute la nuit", avait écrit la journaliste sur le réseau social le 13 octobre 2017, retranscrivant les propos qu'Éric Brion lui aurait adressé il y a plusieurs années. 

Libération de la parole des femmes

Le hashtag qu'elle avait créé, #balancetonporc, est emblématique de la vague de libération de la parole des femmes commencée à l'automne 2017, dénonçant agressions et harcèlements sexuels.

À notre antenne en 2018, elle était revenue sur le jour où elle a lancé ce hashtag, se rappelant sa "colère".

"La délation, c'est quelque chose de haineux. La dénonciation, c'est pour faire avancer, faire progresser, (...) et que ça s'arrête", avait fait valoir Sandra Muller.

Clarisse Martin avec AFP