BFMTV

La condamnation pour pédophilie du cardinal Pell est "incontestable" (procureur)

Le cardinal George Pell amené devant la Cour suprême de l'Etat de Victoria à Melbourne (Australie) le 6 juin 2019

Le cardinal George Pell amené devant la Cour suprême de l'Etat de Victoria à Melbourne (Australie) le 6 juin 2019 - ASANKA BRENDON RATNAYAKE, AFP

Ce jeudi avait lieu le deuxième jour de l'examen de l'appel de George Pell, ex-numéro 3 du Vatican par la Cour suprême de l'Etat de Victoria. Il avait été reconnu coupable en décembre d'agressions sexuelles sur deux jeunes enfants de choeur.

La condamnation pour pédophilie du cardinal australien George Pell est "incontestable", a estimé jeudi le procureur lors du deuxième jour de l'examen par la Cour suprême de l'Etat de Victoria, à Melbourne, de l'appel de l'ex-numéro trois du Vatican.

Les avocats de l'ex-archevêque de Melbourne et Sydney, âgé de 77 ans, avaient invoqué mercredi 13 moyens pour attaquer un verdict de premier instance selon eux "déraisonnable", en présentant notamment les faits comme "impossibles".

Le plus haut responsable de l'Eglise catholique à être condamné pour pédophilie

George Pell avait été reconnu coupable en décembre de cinq chefs d'accusation portant sur des agressions sexuelles commises contre deux enfants de choeur en 1996 et 1997. Il avait ensuite été condamné en mars à six ans d'emprisonnement.

Le cardinal avait notamment été jugé coupable d'avoir imposé une fellation à un garçon de 13 ans un dimanche de 1996 après la messe et de s'être masturbé en se frottant contre l'autre dans la sacristie de la cathédrale Saint-Patrick de Melbourne, où les deux enfants s'étaient cachés pour boire du vin de messe.

L'un des principaux fondements de son appel est de dire que ce verdict était "déraisonnable", car fondé exclusivement sur le témoignage d'une des victimes. L'autre est décédée en 2014 d'une overdose sans jamais reconnaître avoir subi une agression. La défense s'en est également pris à la crédibilité de la victime.

L'ex-archevêque, qui était responsable des finances du Saint-Siège et participa à l'élection de deux papes, est le plus haut responsable de l'Eglise catholique condamné pour pédophilie.

Aude Solente avec AFP