BFMTV

L'avocat de la famille d'Alexia Daval décrit "l'horreur" que vivent ses clients

Jean-Marc Florand a évoqué ce jeudi lors d'une conférence de presse le douloureux quotidien des parents, de la soeur et du beau-frère d'Alexia Daval. Le mari de la victime et suspect, Jonathann, qui s'était un temps accusé du meurtre, met désormais en cause sa belle-famille.

"On atteint des sommets d'horreur". Lors d'une conférence de presse jeudi à la mi-journée, Jean-Marc Florand, l'avocat des parents, de la soeur et du beau-frère d'Alexia Daval, a décrit un "dossier mystérieux" et "à rebondissements". Il est est aussi largement revenu sur la vie quotidienne de ses clients, alors que Jonathann Daval a fait volte-face, après avoir avoué le meurtre de sa femme, pour accuser désormais sa belle-famille, en évoquant un "complot familial".

"C'est un véritable cauchemar", avait déclaré la mère d'Alexia Daval sur BFMTV après son audition par les enquêteurs mercredi. "La situation est très grave pour mes quatre clients", a insisté leur avocat ce jeudi, rappelant le fil des événements depuis le signalement de la disparition de la jeune femme.

"Il faut vivre avec ça, ouvrir son bar et voir le regard des gens"

"Vous imaginez, sur le plan humain, on leur annonce la disparition de leur fille, puis la mort de leur fille, puis sa carbonisation. On leur dit ‘on ne sait pas qui c’est’. Ils adoptent ensuite Jonathann Daval comme un fils, qu’ils accueillent à bras ouverts, ce qu’ils avaient déjà fait depuis 10 ans, qui vient vivre chez eux, qui les appelle 'papa et maman', qui passe Noël avec eux. Après on s’aperçoit que celui-ci dit être le meurtrier de leur fille et qu’il a trahi la confiance familiale. Et maintenant, voilà le même qui dit que mes clients auraient une part de responsabilité pénale dans tout cela", a détaillé l'avocat.

"Il faut vivre avec ça, il faut ouvrir son bar PMU le matin et voir le regard des gens, interrogateur, dans une ville comme Gray", a-t-il ajouté, en référence au bar dont les parents d'Alexia Daval sont propriétaires.

"Ils sont effondrés par ce que dit Jonathann"

Jean-Marc Florand a ensuite évoqué le quotidien du beau-frère de la victime, que Jonathann Daval accusé désormais du meurtre. 

"Il a un poste très important à Paris, c’est pareil, il faut emmener son fils à l’école, se regarder avec ses collègues en chien de faïence en ayant vu partout dans la presse son nom affiché en disant je ne sais quoi. C’est effrayant de vivre ça", a-t-il estimé. L'avocat a par ailleurs insisté sur le fait que, d'après lui, la version donnée par Jonathann Daval lors de sa dernière audition "ne colle pas aux vérités objectives du dossier". 

"Ils sont effondrés par ce que dit Jonathann", a poursuivi Maître Florand à propos de ses clients. "Ils ne voient pas comment, après s’être accusé du meurtre de leur fille et les avoir trahis, maintenant il peut les traîner dans la boue. Sauf si on apprend un jour qu’il a des troubles psychiatriques extrêmement importants. Et comment ils ont réagi? Eh bien vous les connaissez, ce sont des gens stoïques, ce n’est pas la grande démonstration, on ne se roule pas par terre, on ne pleurniche pas, ce n’est pas le genre de la maison. Donc on encaisse", a conclu l'avocat. 

Charlie Vandekerkhove