BFMTV

Jérôme Kerviel et son avocat auditionnés en garde à vue

Jérôme Kerviel et David Koubbi.

Jérôme Kerviel et David Koubbi. - AFP

L'ancien trader de la Société Générale et David Koubbi ont été entendus dans le cadre d'une enquête menée par le parquet de Lille ouverte pour "recel d'atteinte à la vie privée".

Jérôme Kerviel de retour devant la justice? L'ancien trader de la Société Générale et son avocat ont été placés en garde à vue ce jeudi avant de ressortir libres. Les deux hommes ont été auditionnés, dans le cadre d'une enquête ouverte par le parquet de Lille pour "recel d'atteinte à la vie privée", par des policiers de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), explique M6.

Jérôme Kerviel et David Koubbi ont été interrogés dans le cadre de ces investigations en lien avec une audition datant de 2013 devant la cour d'appel de Versailles. Lors de cette audition, réalisée dans le cadre de l'enquête ouverte pour "abus de confiance", "faux" et "usage de faux", après les pertes gigantesques enregistrées par la Société Générale, la défense de Kerviel aurait utilisé des enregistrements d'une magistrate en charge de ce dossier. Ces enregistrement ont été réalisés par une fonctionnaire de police qui enquêtait sur ces pertes financières de la banque.

"La SG savait"

Selon David Koubbi, cité par M6, la magistrate enregistrée, Chantal de Leiris, dénonce "la conduite d'un procès entièrement truqué avec la complicité de procureurs de la section financière du Parquet de Paris". Dans ce fichier audio, l'ancienne vice-procureure du parquet de Paris déclarait que l'enquête avait été "manipulée". "Dans cette affaire, il y a des choses qui ne sont pas normales (...) La SG savait, savait…", assurait-elle.

"Avant de les utiliser, nous avons proposé ces enregistrements à l’institution (la justice, NDLR) qui les a refusés, au moins maintenant, ils seront traités et ce sera peut-être la fin de cette mascarade judiciaire", poursuit l'avocat.

L'ex-trader de la Société Générale a été condamné en 2010, en première instance, à cinq ans de prison, dont deux avec sursis, et à rembourser la somme de 4,9 milliards d'euros. La Cour de cassation avait confirmé, en 2014, la sanction infligée à Jérôme Kerviel mais avait annulé les dommages et intérêts. La Cour d'appel avait suivi cette décision en le condamnant, en septembre 2016, à verser 1 million d'euros à la Société Générale. La banque sanctionnée pour sa part pour le licenciement "sans cause réelle et sérieuse" son trader et a été condamnée à verser 455.000 euros à Jérôme Kerviel.

J.C.