BFMTV

Jean Mercier condamné à un an avec sursis pour avoir aidé sa femme à mourir

En 2011, Jean Mercier avait aidé son épouse malade à mourir.

En 2011, Jean Mercier avait aidé son épouse malade à mourir. - Philippe Desmazes - AFP

L'octogénaire qui avait aidé sa femme à mourir a été condamné ce mardi à Saint-Etienne à un an de prison avec sursis pour "non assistance à personne en danger". Le 22 septembre, le parquet avait requis une peine minimum de trois ans de prison avec sursis à l'encontre de Jean Mercier, 87 ans, poursuivi devant le tribunal correctionnel pour non assistance à personne en danger.

"C'est une décision aberrante", s'est exclamé son avocat Me Mickaël Boulay, juste après avoir joint au téléphone son client résidant dans l'Hérault. Selon l'avocat, "le tribunal a créé artificiellement le délit de suicide assisté, qui n'existe pas, sous l'appellation de non assistance à personne en danger". Il a aussitôt indiqué qu'il allait faire appel de cette condamnation.

"Pas de regrets"

Jean Mercier avait indiqué avant l'audience, le 22 septembre, qu'il n'avait "pas de regrets" et qu'il souhaitait même être condamné, tout en réclamant une loi digne de ce nom sur la fin de vie. Son épouse Josanne, 83 ans, souffrait de douleurs chroniques dues à l'arthrose depuis trois ans. Elle était également dépressive depuis 30 ans et avait fait plusieurs tentatives de suicide. Jusqu'au 10 novembre 2011, jour où son mari accepta de l'aider à décapsuler une quantité importante de médicaments et de lui apporter un verre d'eau, pour qu'elle les avale. Il avait attendu qu'elle décède pour appeler un médecin.

la rédaction avec AFP