BFMTV

Isère: un véhicule tente de renverser des militaires pendant leur footing

Le conducteur a également proféré des insultes dont la teneur reste inconnu. Aucun militaire n'a été blessé.

Ce jeudi matin, un homme à bord de son véhicule a insulté puis tenté de renverser quatre militaires du 7e bataillon des chasseurs alpins qui faisaient leur footing à proximité de la caserne de Varces-Allières-et-Risset (Isère), près de Grenoble. Aucun d'entre eux n'est blessé.

Le conducteur a pris la fuite avant d'être interpellé à la mi-journée. Peu avant, il avait déjà proféré des insultes à l'encontre d'autres militaires.

"Aux alentours de 8h15, il a menacé verbalement six ou sept militaires qui faisaient un footing. Il a insulté un deuxième groupe de militaires qui sortaient faire un footing et qui l'ont perdu de vue. À leur retour, il leur a foncé dessus. Les militaires ont réussi à remonter sur le trottoir sans être écrasés. Les gendarmes ont bouclé la zone et ont lancé les poursuites et côté militaire nous avons renforcé le périmètre de sécurité", a détaillé le colonel Benoît Brulon, porte-parole de l'Armée de Terre.

"Excellente réaction des soldats de montagne"

Les quatre soldats "ont pu, par une bonne réactivité, se dégager de l'axe du véhicule et se protéger de cette attaque", a assuré de son côté le colonel Alain Didier, chef d’état major de la 27e brigade d’infanterie de montagne.

"Ils ont évité le véhicule en remontant sur le trottoir et en se protégeant derrière un véhicule qui été stationné à côté. [...] Ce qu'il faut retenir c'est l'excellente réaction de nos soldats de montagne qui ont fait ce qu'il fallait faire pour se protéger", a-t-il ajouté.

Le conducteur était accompagnée d'une passagère, a indiqué la cellule de communication du gouverneur militaire de Lyon. Il était au volant d'une Peugeot 208.

Le conducteur ainsi que la propriétaire du véhicule ont été interpellés à la mi-journée. À ce stade, aucune indication ne permet d'en savoir plus sur les motivations du conducteur. Néanmoins, la qualification terroriste n'a pas été retenue et le parquet de Grenoble a été saisi.

Cécile Ollivier avec P.L