BFMTV

Isabelle Balkany se dit "choquée" après le rejet de la demande de mise en liberté de son mari

Déçue par la décision de la Cour d'appel, Isabelle Balkany a souligné les problèmes de santé de son époux qui est "extrêmement fatigué".

La décision des juges est un "choc" pour Patrick Balkany et son épouse. La Cour d'appel a décidé ce mercredi de rejeter la deuxième demande de mise en liberté de l'édile, après avoir accepté la première quelques semaines plus tôt. C'est "difficilement compréhensible. Intellectuellement, c’est paradoxal que les mêmes juges prennent une décision inverse à 15 jours d’écart", a observé Isabelle Balkany face à la presse. 

"Choquée" par l'arrêt rendu par la Cour, la maire par intérim de Levallois a rappelé le mauvais état de santé de son époux, incarcéré depuis deux mois après sa condamnation en première instance pour fraude fiscale et blanchiment aggravé. Patrick Balkany est "extrêmement fatigué, il a très mal au dos, il est sous médicaments très forts. Il mange peu, il a perdu plus de 20 kilos, il est anémié", a-t-elle énuméré.

"Trop éprouvant physiquement"

C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il n'a pas assisté à l'audience ce mercredi, le déplacement et les bancs raides et en bois des tribunaux étant "trop éprouvant physiquement pour lui", a commenté son épouse, qui se dit elle-même "dans une vraie souffrance pour l’homme qu'[elle] aime". 

Me Eric Dupond-Moretti, l'avocat de Patrick Balkany, a annoncé sur notre antenne qu'il allait déposer, "dans les heures qui viennent", une nouvelle demande de mise en liberté dans le but que son client attende la tenue de son procès en appel en dehors de la prison, sous contrôle judiciaire. Si cette nouvelle requête était finalement accueillie positivement, Patrick Balkany serait toujours contraint au règlement d'une caution judiciaire de 500.000 euros. 

Pour l'aider, des Levalloisiens ont lancé une cagnotte afin de récolter les fonds. 50.000 euros ont été amassés jusqu'ici. 

Ambre Lepoivre