BFMTV

Intervention de police en cours sur le parvis de Notre-Dame de Paris

La police est intervenue sur le parvis de la célèbre cathédrale parisienne ce mardi après-midi. Un homme a menacé des policiers en faction avec un marteau, blessant même légèrement l'un d'entre eux à la tête. Il détenait aussi deux couteaux. Il a été touché par des tirs de riposte.

Ce mardi après-midi, la police est intervenue sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Le quartier a été bouclé aussitôt. Les stations de métro avoisinantes de Cluny-La Sorbonne, Cité et Saint-Michel ont été fermées dans la foulée par mesure de sécurité. L'opération était due à l'agression à coups de marteau commise sur un policier qui a été légèrement blessé au cou. Un collègue de ce dernier a alors tiré. L'assaillant a été blessé par balles. Il était aussi détenteur de deux couteaux. L'agresseur est un étudiant algérien, âgé de 40 ans. Peu après 17h, la préfecture de police a déclaré sur Twitter que la situation était "maîtrisée". 

La section antiterroriste du parquet de Paris a décidé d'ouvrir une enquête en flagrance confiée à la Section antiterroriste de la Brigade Criminelle de Paris et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). 

D'après le ministre de l'Intérieur, l'assaillant a crié: "c'est pour la Syrie".

C'est environ une heure avant que les faits se sont déroulés. Selon Sarah-Lou Cohen, à cette heure, un individu s'est mis à brandir un marteau et a menacé des passants. Il s'est ensuite tourné vers des fonctionnaires de police devant la préfecture de police. Après avoir frappé un agent, âgé de 22 ans, il a été atteint par les tirs de riposte d'un des collègues de ce dernier. Le ministère de l'Intérieur a signalé que l'assaillant avait été blessé aux jambes. Il a depuis été hospitalisé. 

Ci-dessous, une photo montre l'assaillant au sol. Elle a été prise après que ce dernier a été fouillé et alors que les policiers attendaient le personnel médical. 

L'assaillant à terre.
L'assaillant à terre. © BFMTV

Sur les coups de 18h, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb s'est exprimé sur les lieux et a apporté quelques précisions: "ll y avait une patrouille de trois policiers chargée de la surveillance. Une personne est venue derrière ces policiers, armée d'un marteau et a commencé à frapper l'un des policiers. Un policier a fait preuve de sang-froid, s'est dégagé et a fait feu." Il a ajouté que l'agresseur avait, semble-t-il, crié: "c'est pour la Syrie". 

Il a également revendiqué être un "soldat du califat", alors qu'il venait d'être mis au sol par les forces de l'ordre, sans mentionner explicitement Daesh. Il possède un titre de séjour avec un visa étudiant. L'agresseur n'était pas connu des services de renseignement mais une vidéo de revendication a été retrouvée à son domicile. 

900 personnes confinées dans Notre-Dame 

Ces événements ont conduit au confinement de nombreux visiteurs dans l'enceinte de la célèbre cathédrale parisienne. Karine Dalle, chargée de la communication du diocèse de Paris, est intervenue sur notre antenne. Confinée à l'intérieur de la cathédrale, elle a insisté sur le "calme" des personnes rassemblées entre les murs de l'église. Elle a évalué le nombre de personnes présentes à environ 900 individus. Les personnes confinées doivent être progressivement autorisées à sortir, "après les vérifications d'usage" a expliqué la préfecture de police. 

Robin Verner