BFMTV

Ils viennent à Cannes en jet privé: 10 vacanciers arrivant de Londres refoulés

La police aux frontières, et la gendarmerie des transports aériens, sont particulièrement vigilants quant aux vols privés.

La police aux frontières, et la gendarmerie des transports aériens, sont particulièrement vigilants quant aux vols privés. - AFP

INFO BFMTV - 10 voyageurs de différentes nationalités, qui circulaient à bord d'un jet privé en provenance de Londres, se sont vus refuser l'entrée du territoire à l'aéroport de Marseille alors qu'ils ne disposaient pas de raison valable de voyager en cette période de confinement. Ils avaient prévu de passer quelques jours de vacances sur la Côte-d'Azur malgré l'épidémie de coronavirus.

Le message "Restez chez vous" n'avait visiblement pas été compris par ces dix voyageurs refoulés à l'aéroport de Marseille-Provence par la police aux frontières et la gendarmerie des transports aériens. Arrivés en provenance de Londres à bord d'un jet privé samedi dernier en début d'après-midi, ils ont dû faire demi-tour après que les autorités ont pris à leur encontre une mesure administrative de refus d'entrée sur le territoire français, a appris BFMTV.com de source policière.

Alors que la France est confinée depuis le 17 mars, ces dix personnes - sept hommes et trois femmes - avaient prévu de venir passer un peu de bon temps sur la Côte-d'Azur malgré l'épidémie de coronavirus. Tout avait été prévu par l'initiateur de ce voyage, un ressortissant croate qui travaille dans la finance et l'immobilier, à commencer par le trajet Londres-Marseille en jet privé qu'il avait loué de l'autre côté de la Manche. Il avait ensuite réservé une villa de luxe à Cannes. Pour s'y rendre: l'homme avait réservé trois hélicoptères d'une compagnie du Var qui assure des liaisons privées pour des clients privilégiés.

Jet privé et villa de luxe

Actuellement, les vols commerciaux sont fortement réduits dans les aéroports et les autorités "regardent à la loupe" les mouvements aériens avec une attention particulière pour les vols privés, détaille une source proche de l'enquête. C'est dans ce cadre, qu'alertée, la police aux frontières de l'aéroport de Marseille-Provence demande au jet privé de ne pas venir se poser sur son tarmac. L'avion se pose tout de même, les passagers, âgés entre 24 et 27 ans pour les jeunes femmes et de 40 à 50 ans pour les hommes, eux ne sont pas autorisés à descendre de l'appareil. Contrôlé par la police aux frontières et la gendarmerie des transports aériens, aucun ne présente de motifs valables pour voyager.

"Le franchissement des frontières est conditionné à un motif légitime ou impérieux, rappelle une source policière. Cela peut être un professionnel avec un justificatif, un personnel médical qui vient en renfort... Les règles sont semblables à celles des dérogations de déplacement sur le territoire français dans le cadre du confinement."

Les dix voyageurs, de nationalité croate, allemande, française, roumaine et ukrainienne, tentent tout de même leur virée sur la Côte-d'Azur. "Ils ont tenté de faire jouer leurs relations, ils ont passé quelques coups de fil....", ironise une source proche de l'enquête. Dans le même temps, les trois hélicoptères de la compagnie varoise se posent à l'aéroport de Marseille-Provence. La police aux frontières et la gendarmerie des transports aériens font repartir immédiatement les trois appareils à vide, après avoir verbalisé les pilotes qui n'avaient eux-aussi pas de motif valable de déplacement, comme une attestation professionnelle.

Les dix voyageurs ont été priés de repartir, sans être verbalisés, "juridiquement ils ne sont pas entrés sur le territoire", rappelle une source policière. Selon nos informations, neuf d'entre eux ont repris le jet privé direction Londres samedi soir, le neuvième a loué un autre avion privé pour l'Allemagne.

Justine Chevalier