BFMTV

Harcèlement scolaire: deux filles de 11 ans mises en examen

Les deux fillettes sont mises en examen pour harcèlement moral, et l'une d'elles également pour violences aggravées.

Harcèlement moral et violences aggravées. La justice a mis en examen la semaine dernière deux écolières de 11 ans d'un établissement de Moselle, accusées de harcèlement sur l'une de leur camarade. Le chef de "harcèlement moral" a été retenu pour les deux, celui de "violences aggravées" pour une, explique le quotidien régional Le Républicain Lorrain.

Insultes, menaces, commentaires déplacés à connotation sexuelle... L'écolière harcelée était apparemment stigmatisée parce qu'elle était nouvelle, et donc pas la bienvenue. Elle en parle à ses parents, qui informent l'école de la situation, mais le harcèlement continue. L'administration répond que les choses vont se calmer.

Une lettre de menaces de mort pour leur fille

Les parents racontent que leur fille a par exemple été victime d'un croche-pied alors qu'elle était en béquilles, ce qui a aggravé une blessure à la cheville. Le harcèlement va jusqu'à une lettre de menaces de mort face à laquelle l'enfant s'effondre, d'après le quotidien local.

Une main courante est alors déposée chez les gendarmes par la famille, suivie de cinq jours d'exclusion des deux fillettes de onze ans. Mais elles finissent par revenir dans l'établissement et la situation persiste. Le 6 mars, les parents de la victime déposent donc plainte. Confrontées par les gendarmes, les deux jeunes filles confirment les faits qui leur sont reprochés, écopent de cinq nouveaux jours d'exclusion, et d'une mise en examen.

Elles devraient d'abord écoper d'une réparation pénale, "une mesure éducative prononcée à l'égard d'un mineur auteur d'une infraction pénale, auquel il est proposé de réaliser une activité d'aide ou de réparation au bénéfice de la victime ou dans l'intérêt de la collectivité", explique le site du ministère de la Justice.

10% des enfants harcelés à un moment ou un autre

Étant donné que ces deux écolières devraient rester dans l'école, les parents de la victime présumée ont décidé de la changer d'école, afin d'éviter que le harcèlement ne recommence.

Le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, a présenté début juin dix mesures pour lutter contre le fléau du harcèlement scolaire. Environ 10% des enfants sont harcelés à un moment ou un autre de leur scolarité.

Et de, trop, nombreuses histoires de harcèlement scolaire finissent de façon dramatique avec des suicides d'enfants ou de jeunes adolescents victimes. Fin juin, Le Parisien rapportait qu'une adolescente de 11 ans, harcelée depuis des mois dans une école du Val-d'Oise, s'était donné la mort chez elle, pour échapper à ses harceleurs.

Salomé Vincendon