BFMTV

Gilets jaunes: un manifestant a eu une main arrachée devant l'Assemblée nationale

Un manifestant a été grièvement blessé à la main lors d'échauffourées devant l'Assemblée nationale, à Paris, lors de la 13e journée de mobilisation nationale des gilets jaunes.

Un manifestant présent dans le cortège parisien des gilets jaunes a eu la main arrachée samedi à la mi-journée, à hauteur de l'Assemblée nationale, où les tensions étaient vives. Ce manifestant, qui ne portait pas de gilet jaune, a voulu récupérer une grenade lacrymogène à la main, a indiqué une source policière à BFMTV. Âgé d'une trentaine d'années, il souffre également d'un traumatisme au visage. Il a été pris en charge et hospitalisé. La préfecture de police nous a confirmé les faits en fin d'après-midi: l'homme a eu les quatre doigts de la main arrachée au cours d'une opération de police menée alors que des manifestants tentaient de pénétrer dans l'Assemblée nationale. L'institution n'en a en revanche pas dit davantage sur la cause de la blessure. Mais des témoins ont également parlé d'une grenade de désencerclement. 

Des affrontements avaient éclaté vers midi devant l'Assemblée nationale entre les forces de l'ordre et les manifestants, parmi lesquels des membres de l'ultra gauche étaient présents. Un autre gilet jaune a été blessé après qu'un commissaire a reçu un coup de poing au visage.

17 personnes interpellées

17 personnes ont été interpellées selon la préfecture de police de Paris, selon un décompte livré au milieu de l'après-midi.

Vers 13 heures, la situation avait commencé à se tendre autour de ce cortège parti des Champs-Elysées pour rallier le Champ-de-Mars, au pied de la Tour Eiffel. À hauteur de l'Assemblée nationale, des manifestants avaient uriné sur les grilles d'enceinte et tenté d'enfoncer les palissades qui protègent l'entrée de l'Assemblée.

Des tirs de grenades lacrymogènes ont répondu à des jets de projectiles au-dessus de ces palissades, et les manifestants ont été immobilisés sur le pont de la Concorde, avant que le cortège puisse repartir sur le boulevard Saint-Germain. Quelques abribus ont été cassés sur le passage du cortège.

Mélanie Vecchio et Cécile Ollivier avec Benjamin Rieth et AFP