BFMTV
Police-Justice

Gilets jaunes: le président de la région PACA lance une cagnotte pour les forces de l'ordre blessées 

Face aux violences dont ont été victimes les forces de l'ordre au cours des dernières manifestations des gilets jaunes, le président LR de la région Sud PACA a lancé une cagnotte. Plus de 118.000 euros ont déjà été récoltés et doivent être reversés à une association.

C’est une riposte à la cagnotte – désormais close – lancée en soutien au boxeur accusé d’avoir agressé des gendarmes samedi 5 janvier à Paris.

"Je réagis de façon républicaine et, en tant que citoyen, j’ai lancé une cagnotte pour les blessés des forces de l’ordre", explique ce mardi sur notre antenne Renaud Muselier, président LR de la région Sud PACA.

"Comble de la lâcheté"

Pour l’élu, le mouvement des gilets jaunes s’est laissé dépasser par la présence "d’individus factieux" et "ainsi, plus de 1050 membres des forces de l’ordre ont été blessées au cours des manifestations". Des débordements qui nécessitent une réparation financière.

Au cours de la huitième journée de rassemblement des gilets jaunes à Paris, la violence semble avoir franchi un nouveau cap alors que les symboles de la République et les forces de sécurité deviennent la cible privilégiée des casseurs.

"Un ministère de la République a été pris d’assaut ainsi que deux préfectures, une mairie et un tribunal. Un ancien boxeur professionnel a roué de coups plusieurs membres de forces de l’ordre allant, comble de la lâcheté, à passer à tabac un gendarme à terre", précise Renaud Muselier dans le texte qui accompagne la cagnotte mise en ligne ce lundi sur Leetchi.com.

En à peine 24 heures, plus de 70.000 euros avaient été récoltés. Mardi soir, la cagnotte dépassait les 118.000 euros. Les fonds doivent être reversés à une association de "policiers, gendarmes et pompiers blessés dans le cadre de leurs fonctions", indique l’élu qui met un point d’honneur à "protéger les familles de ceux qui se donnent du mal".

"Scandale pour la République"

En réaction aux tensions qui se sont nouées samedi à Paris et en région, Renaud Muselier demande aux gilets jaunes de ne "pas être solidaires de ces débordements. C’est un scandale pour la République, la France ne mérite pas ça. L’influence du pays à travers le monde ne doit pas passer par les images d’hommes frappés à terre par des individus qui perdent tout sens commun".

Quant à ceux qui ont participé à la cagnotte en soutien à Christophe Dettinger, le boxeur accusé d’avoir frappé des gendarmes, Renaud Muselier les qualifie de "complices d’une dérive d’une certaine partie de la population qui sont des casseurs".

Ambre Lepoivre