BFMTV

Famille Troadec: une enquête patrimoniale lancée pour éclaircir la question du trésor caché

Des policiers effectuent des recherches à côté de la rivière Aulne, à proximité du domicile d'Hubert Caouissin, à Pont-de-Buis-lès-Quimerch

Des policiers effectuent des recherches à côté de la rivière Aulne, à proximité du domicile d'Hubert Caouissin, à Pont-de-Buis-lès-Quimerch - Fred Tanneau-AFP

Les fouilles pour tenter de retrouver d'autres restes des quatre corps de la famille Troadec ont repris jeudi dans le Finistère. Mais sans le principal suspect Hubert Caouissin.

Une enquête patrimoniale est en cours pour tenter de retrouver la trace de pièces et lingots d'or qui seraient au cœur du drame d'Orvault, selon nos informations. Les policiers souhaitent savoir si cet or a réellement existé, comme le prétendent certains protagonistes de l'affaire. Des réquisitions ont été envoyées aux établissements bancaires indiqués par la mère de Pascal et Lydie Troadec.

Des recherches éprouvantes

Les fouilles pour tenter de retrouver d'autres restes des quatre corps de la famille Troadec ont repris ce jeudi à Pont-de-Buis-lès-Quimerch, dans le Finistère, dans la ferme du principal suspect au lendemain de la découverte de fragments de corps humains et des bijoux appartenant aux victimes. Mais sans Hubert Caouissin.

Au moins une trentaine de policiers et un médecin légiste sont sur place, quadrillant le vaste corps de ferme entouré de 32 hectares de terrain sous une pluie battante et un épais brouillard. Des recherches qui seraient très éprouvantes pour les enquêteurs, selon une source policière à BFMTV.

Des recherches ont été conduites toute la journée de mercredi en présence d'Hubert Caouissin, le principal suspect qui a affiché "une attitude de coopération avec les magistrats instructeurs et les enquêteurs", a précisé le procureur de Nantes, Pierre Sennès.

La sœur du père de famille en examen

En garde à vue, Hubert Caouissin a reconnu avoir tué les parents et les deux enfants Troadec, puis les avoir démembrés avant de brûler certains morceaux de corps, et d'enterrer les autres dans sa résidence à Pont-de-Buis au lieu-dit Logonna-Quimerc'h, à une quarantaine de kilomètres de Brest.

Technicien pour le groupe de construction navale DCNS à Brest, il a été mis en examen lundi à Nantes pour assassinats et atteinte à l'intégrité d'un cadavre. Sa compagne, Lydie - sœur du père de famille assassiné - a également été mise en examen pour modification de l'état des lieux d'un crime et recel de cadavres. Selon une source à BFMTV, rien n'indique à ce stade que le fils du couple âgé de 8 ans ait assisté au démembrement. 

Un or "volé peut-être" à "la Banque de France"

Un conflit familial vieux d'une dizaine d'années - une affaire de pièces d'or et de lingots mal partagés lors d'une succession, dont on ne connaît ni le montant ni l'existence réelle - est à l'origine de ce drame. 

Dans une interview accordée au Parisien parue ce jeudi, la mère de Pascal et Lydie Troadec a expliqué que "cette affaire terrifiante trouve son origine dans un trésor composé de lingots et de pièces d'or que mon mari avait caché dans le garage de notre maison".

Un trésor qui aurait été découvert en 2006 lorsque son mari, ex-artisan plâtrier, avait effectué des travaux chez une locataire dans un immeuble datant de 1907 du vieux quartier de Recouvrance, à Brest. Un or "volé peut-être", croit-elle savoir, "à la Banque de France" lors de la Seconde Guerre mondiale", raconte-t-elle.

Céline Hussonnois-Alaya avec Cécile Ollivier