BFMTV

Affaire Troadec: le beau-frère avoue, des fouilles en cours pour retrouver les corps

Des plongeurs dans l'étang du Roual, à Dirinon, le 2 mars 2017

Des plongeurs dans l'étang du Roual, à Dirinon, le 2 mars 2017 - Fred Tanneau-AFP

Après les aveux dimanche du beau-frère de Pascal Troadec, des fouilles sont en cours à une dizaine de kilomètres de Brest, dans le Finistère, pour retrouver les quatre corps de cette famille disparue depuis le 16 février.

Des fouilles sont en cours pour retrouver les corps de la famille Troadec. Le beau-frère de Pascal Troadec a avoué dimanche en garde à vue avoir tué les quatre membres de cette famille disparue d'Orvault, près de Nantes, pour un différend sur un héritage mal partagé. Sa concubine, la soeur du père de famille, serait impliquée à un degré moindre. Elle n'aurait pas directement participé à la scène de crime mais aurait eu connaissance du projet du suspect et ne serait pas intervenue pour l'en empêcher.

La soeur de Pascal Troadec et son compagnon, placés en garde à vue à Brest dimanche, ont été déférés à la mi-journée lundi au palais de justice de Nantes en vue d'une présentation à un juge d'instruction. Le suspect est passé aux aveux, disant aux enquêteurs avoir tué les deux parents, Pascal et Brigitte, 49 ans, et leurs deux enfants, Sébastien, 21 ans, et Charlotte, 18 ans. Il dit avoir assassiné ses victimes à coup de pied de biche, puis découpé les corps avant de les brûler.

Son ADN au domicile des Troadec

Selon une source proche du dossier, il est pour l'heure le seul auteur privilégié par les enquêteurs chargés d'élucider cette affaire qualifiée de "hors normes" par le procureur de Nantes. L'homme avait déjà été placé en garde à vue la semaine dernière. Il avait alors expliqué aux enquêteurs ne plus être en relation avec la famille depuis plusieurs années. Faute de preuves, cet ex-ingénieur à l'arsenal de Brest, qui ne travaille plus depuis 4 ans et décrit comme fragile psychologiquement, avait été relâché.

Lors d'une première audition devant les enquêteurs qui avait duré plus de vingt heures, il avait seulement avoué être fâché avec la famille de sa concubine pour une question d'héritage. Au cours des perquisitions menées au domicile de la famille Troadec, à Orvault, son ADN, sur un verre dans l'évier de la maison, mais aussi dans le véhicule du fils, retrouvé sur un parking à Saint-Nazaire. Vivant à Plouguerneau, une commune du Finistère située à un quarantaine de kilomètres de là où les affaires de Charlotte Troadec ont été découvertes, il a admis s'être débarrassé des corps.

Des recherches pour retrouver les quatre corps

Les enquêteurs restent toutefois prudent. Aucune preuve ou élément technique n'a pu attester de la version de le beau-frère de Pascal Troadec. Les recherches se poursuivent pour retrouver les quatre corps de cette famille disparue depuis le 16 février. Dans la nuit de dimanche à lundi, le suspect a livré des éléments qui ont permis de commencer des fouilles à une dizaine de kilomètres de Brest, selon BFMTV. Pour l'heure, les corps n'ont été retrouvés.

Les enquêteurs n'ont pas mis la main sur les fameux lingots d'or, pièce centrale de cette enquête. Le mobile du quadruple meurtre serait une histoire d'héritage appartenant au grand-père décédé il y a six ans. Le beau-frère de Pascal Troadec le soupçonnait de s'être emparé de ces lingots d'or car le train de vie de la famille avait changé. Un litige qui était devenu une obsession pour l'homme. Véritable trésor ou légende familiale, l'enquête devra le déterminer.

J.C. avec Cécile Ollivier