BFMTV

Essonne: un sexagénaire, nu et entravé, retrouvé mort

L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Versailles.

L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Versailles. - Patrick Kovarik - AFP

Un homme de 67 ans a été retrouvé mort, entièrement dénudé et les mains attachées, jeudi 25 août. Le parquet d'Evry a ouvert une enquête pour homicide, confiée à la police judiciaire de Versailles.

Gérard Renaud était un entrepreneur à la retraite de 67 ans. Homme divorcé, qualifié d'"homme discret" par son voisinage, il vivait dans un préfabriqué, contre la clôture, a côté de son ancienne entreprise de carburant, dans la zone d'activité de la Croix-Blanche à Sainte-Geneviève-des-Bois. Gérard Renaud avait trois filles, c'est l'une d'elles, rapporte Le Parisien, qui, inquiète de ne plus avoir de nouvelle de son père décide de se rendre à son domicile le jeudi 25 août au matin. 

Arrivée devant le préfabriqué, un premier détail inquiète cette mère de famille, les clefs sont sur la porte. Elle prévient alors les secours, qui vont faire une macabre découverte.

Dénudé, les mains liées

Dans le préfabriqué gît le corps sans vie de Gérard Renaud. L'homme est dénudé, ses mains sont liées dans le dos. "Ça a été un choc terrible, souffle Fabienne. Je l’avais vu lundi, je lui avais parlé au téléphone mardi et, là, on me dit qu’il est mort.", confie-t-elle au Parisien.

Immédiatement, la brigade criminelle de la Direction régionale de la police judiciaire (DRPJ) de Versailles, dans les Yvelines, est chargée de l'enquête, avec une question à élucider : qui a tué Gérard Renaud ?

"Le corps était marqué par des traces de violences mais les causes de la mort n'étaient pas clairement établies, indique une source judiciaire au Parisien, il était en état de décomposition avancée à cause de la chaleur de ces derniers jours". L'autopsie du corps a été pratiquée vendredi, les résultats ne sont pas encore connus. 

"Un homme discret, avec un petit chien qui aboyait tout le temps"

Pour le moment, aucune hypothèse n'est privilégiée par les enquêteurs. Le préfabriqué a été fouillé de fond en comble, et toutes les portes de l'entreprise étaient ouvertes.

Les voisins de Gérard Renaud décrivent un "homme discret", avec "un petit chien qui aboyait tout le temps". "C'était un très bon voisin, gentil. On ne sait pas ce qui a pu arriver", raconte le gérant d'une entreprise mitoyenne à celle de Gérard Renaud.

M.H.