BFMTV

Enquête après la découverte d'une série de tags "Juif" dans le centre de Marseille

Tags antisémites et "anti-police" peints dans une cage d'escalier d'un immeuble de la cité de la Grande-Borne à Grigny, en juillet 2002

Tags antisémites et "anti-police" peints dans une cage d'escalier d'un immeuble de la cité de la Grande-Borne à Grigny, en juillet 2002 - JOEL ROBINE / AFP

Le mot "Juif" a été inscrit à plusieurs reprises sur des rideaux de fer ou des devantures de garage à Marseille. Une enquête a été ouverte mi-novembre pour retrouver les auteurs de ces graffitis.

La police recherchait toujours mercredi le ou les auteurs d'une série de tags du mot "Juif" peints dans le centre-ville de Marseille, qui a entraîné le dépôt d'une plainte par le conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). L'enquête sur cette série de tags, réalisés à des dates variées en grand format et de couleurs diverses, apposés sur des rideaux de fer ou des devantures de garage, a débuté mi-novembre.

Selon les premiers éléments de l'enquête, "on ne retrouve apparemment aucun caractère blasphématoire ou injurieux", a expliqué une source policière, précisant que "ces +graffs+ ont été faits de façon tout à fait aléatoire", l'un d'eux ayant par exemple été réalisé sur la devanture d'un restaurant chinois.

"Il s'agit manifestement de l'action d'un ou plusieurs graffeurs aguerris", a-t-elle ajouté. "Nous sommes très vigilants et mettons tous les moyens en oeuvre pour trouver les auteurs de ces dégradations", a-t-elle poursuivi.

De son côté, le Crif Marseille-Provence a dénoncé des "inscriptions antisémites", et déposé plainte. "Le fait d'écrire le mot +Juif+ sur un commerce (rappelle) les heures les plus sombres de l'Histoire. Nous ne pouvons tolérer de tels agissements, ni sur la forme, ni sur le fond", a-t-il affirmé dans un communiqué.

Me.R. avec AFP