BFMTV

"En état de choc" et "abasourdi", le manifestant frappé à terre conteste la version de la police

Quatre jours d'ITT lui ont été prescrits par un médecin qu'il a pu consulter lors de sa garde-à-vue.

Deux jours après avoir été maintenu et frappé à terre en marge d'un rassemblement de gilets jaunes qui se tenait à Paris, le manifestant, un étudiant âgé de 20 ans, a réagi via l'un de ses avocats.

Déféré à l'issue de sa garde à vue, il devrait être convoqué devant le tribunal correctionnel du chef de violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique, rébellion et participation à un groupement formé en vue de commettre des violences et des dégradations. Entre temps, son placement sous contrôle judiciaire est requis dans la perspective de cette audience, apprend-on du côté du parquet. 

"En état de choc"

Inconnu des services de police, le jeune manifestant nie la version donnée par les policiers selon laquelle il aurait craché du sang sur les forces de l'ordre, et se dit "en état de choc et abasourdi", selon son avocat. Il explique également avoir été frappé avant et après le passage vidéo. 

Le jeune homme réfute également être atteint du sida et avoir menacé les policiers de contamination en leur crachant dessus. 

4 jours d'ITT

Selon son avocat, le jeune homme a pu voir un médecin lors de sa garde à vue et 4 jours d'ITT lui ont été prescrits. Il souffre d'une plaie ouverte au niveau du crâne qui a nécessité des points de sutures, ainsi que de plusieurs hématomes. 

Ce lundi, trois policiers ont porté plainte contre lui, dont le membre des brigades de répression de l'action violente motorisées (BRAV) que l'on voit donner les coups sur la vidéo. La plainte a été déposée pour violences volontaires. 

Aexandra Gonzalez avec Hugo Septier