BFMTV

Manifestant frappé à terre: trois policiers, dont l'auteur des coups, portent plainte contre l'homme

La vidéo de l'intervention polémique.

La vidéo de l'intervention polémique. - BFMTV / Patricia

INFO BFMTV - Samedi, un homme, déjà maîtrisé, a été frappé à terre par un policier en marge d'une manifestation parisienne des gilets jaunes. Trois agents des forces de l'ordre, dont l'auteur des coups, capté par une vidéo, ont porté plainte.

Une vidéo a montré un homme, au visage ensanglanté, être frappé par un policier samedi près de la Gare de l'Est à Paris. La scène s'est déroulée en marge d'une manifestation des gilets jaunes, alors même que l'individu était déjà maîtrisé par les forces de l'ordre et à terre. 

Selon nos informations, recueillies ce lundi matin auprès d'une source proche du dossier, trois policiers ont porté plainte contre l'homme interpellé, dont le membre des brigades de répression de l'action violente motorisées (BRAV) que l'on voit sur la vidéo donner les coups. La plainte a été déposée pour violences volontaires. 

Deux enquêtes ouvertes 

Le manifestant blessé s'était opposé violemment à l'arrestation d'une autre personne présente dans le cortège, d'après ces mêmes éléments. Il a de plus, selon les sources policières, craché au visage et dans la bouche de l'agent après qu'il a été immobilisé, assurant qu'il était séropositif ce qui a conduit à l'hospitalisation et au placement sous trithérapie du membre des brigades de répression de l'action violente motorisées. Il a été placé en garde à vue dans la foulée et n'a pas, pour l'heure, porté plainte.

Celle des policiers n'est cependant pas la première procédure engendrée par l'événement. Fait notable en effet, deux enquêtes ont été ouvertes moins de 24 heures après l'intervention controversée: l'une judiciaire, diligentée par le parquet de Paris pour violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique ; l'autre administrative, lancée par la préfecture de police de Paris.

Mélanie Vecchio avec R.V.