BFMTV
en direct

EN DIRECT - Procès des attentats de janvier 2015: les avocats d'Ali Riza Polat vont faire appel

EN DIRECT - Procès des attentats de janvier 2015: les avocats d'Ali Riza Polat vont faire appel

L'avocate Samia Maktouf, à l'issue du verdict du procès des attentats de janvier 2015.

Presque six ans après les attentats de Charlie Hebdo, de l’Hyper Cacher, de Montrouge et de la prise d’otages à Dammartin-en-Goële, le verdict du procès des attentats de janvier 2015 est attendu ce mercredi, à 16 heures.

L'avocat de Polat dénonce une "peine incompréhensible"

"Quand monsieur Polat reçoit la même peine que la femme de Coulibaly, 30 ans, pour nous c'est incompréhensible", poursuit l'avocat d'Ali Riza Polat à BFMTV.com

"Les juges ne doivent pas éponger une certaine frustration de ne pas avoir pu juger les véritables auteurs des attentats et évacuer toutes ces frustrations sur monsieur Polat", dénonce Me Antoine Van Rie.

Les avocats d'Ali Riza Polat vont faire appel

Les avocats d'Ali Riza Polat, principal accusé condamné à 30 ans de prison, vont faire appel de la condamnation, confirment-ils à BFMTV.

"La preuve et la règle de droit sont reléguées au rang d'accessoires. C'est une totale régression pour nous", déplore Me Antoine Van Rie, l'un des deux avocats d'Ali Riza Polat à BFMTV.com.

Richard Malka se félicite d'entendre "la justice rendue"

Visiblement ému, Richard Malka a adressé quelques mots à la presse à la suite du verdict. L'avocat historique de Charlie Hebdo s'est félicité d'avoir entendu "la justice rendue".

"Il y a des peines qui sont lourdes, très lourdes (...) Il y a des peines qui sont plus légères que ce qui avait été requis. Ils ont eu raison de le faire si c'est l'appréciation qui a été la leur."

"C'était le procès d'une nébuleuse plus ou moins proche des terroristes, ce que dit cette décision, sans cette nébuleuse, il n'y a pas d'attentat."

Ali Riza Polat condamné à 30 ans de prison

- Ali Riza Polat: en état de récidive légale, à 30 ans de prison avec une peine de sûreté des deux tiers.

- Amar Ramdani: en état de récidive légale, 20 ans de prison avec une peine de sûreté des deux tiers.

- Saïd Makhlouf: huit ans d'emprisonnement

- Mohamed Fares: huit ans de prison

- Nezar Mickaël Pastor Alwatik, en rédicive légale: 18 ans de prison avec peine de sûreté des deux tiers

- Abdelaziz Abbad, en état de récidive légale: 10 ans de réclusion criminelle

- Metin Karasular: huit ans de prison

- Michel Catino: cinq ans de prison

- Miguel Martinez, en état de récidive légale: sept ans de prison

- Willy Prevost: 13 années de réclusion criminelle

- Christophe Raumel: la peine de 4 ans de prison

- Mohamed Belhoucine, en état de rédicive légale: condamné à la perpétuité, assorti d'une peine de sûreté de 22 ans

- Hayat Boumeddienne: 30 ans de réclusion criminelle, avec une peine de sûreté des deux tiers

- Mehdi Belhoucine: "l'extinction de l'action publique" pour l'accusé

Mehdi Belhoucine, présumé mort en zone irako-syrienne, avait un "profil très radicalisé"

Mehdi Belhoucine, présumé mort en zone irako-syrienne, avait un "profil très radicalisé dans sa pratique religieuse depuis plusieurs années", rappelle le président.

Toutefois, Mehdi Belhoucine a déjà été condamné en janvier pour une procédure d'association malfaiteur terroriste criminelle. Donc Mehdi Belhoucine sera acquitté pour l'AMT criminelle.

Hayat Boumeddienne "adhérait depuis plusieurs années aux thèses jihadistes"

Les éléments de l’enquête ont démontré qu’Hayat Boumeddienne a quitté la France pour la Turquie via l'Espagne, en compagnie de Mehdi Belhoucine pour rejoindre Daesh.

"Elle adhérait depuis plusieurs années aux thèses jihadistes", affirme le président avant de poursuivre

Elle "a intégré et s’est maintenue dans l'EI où elle a un rang particulier au regard des actes commis par son défunt mari", remarque le magistrat.
Amedy Coulibaly et sa compagne Hayat Boumeddiene
Amedy Coulibaly et sa compagne Hayat Boumeddiene © BFMTV

Mohamed Belhoucine a apporté une "aide déterminante" à Amedy Coulibaly

Mohamed Belhoucine, présumé mort en zone irako-syrienne a apporté une "aide déterminante" à Amedy Coulibaly.

"Il a participé à une escroquerie de voiture pour financer les actions de Coulibaly", évoque notamment le juge.

"La cour n'a relevé chez Michel Catino aucune adhésion à une entreprise terroriste".

Michel Catino n'avait "pas de contact spécifique avec Amedy Coulinaly (...) ni aucun conviction radicale", souligne le président.

"La cour n'a relevé chez Michel Catino aucune adhésion à une entreprise terroriste".

Il "n'est pas établi" que Metin Karasular avait connaissance des projets de Coulibaly

"Leurs relations n'était pas uniquement dû à un commerce de voitures" entre Metin Karasular, Amedy Coulibaly et Ali Riza Polat, souligne le président.

En revanche, il "n'est pas établi" que Metin Karasular avait connaissance des projets de Coulibaly.

Fares n'a reconnu qu'au bout "d'une lente évolution" connaître Ramdani et Makhlouf

Mohamed-Amine Fares a reconnu seulement "au bout d'une lente évolution" connaître Amar Ramdani et Saïd Makhlouf, souligne le président.

"Il y a pas de preuve que [Saïd Maklouf] connaissait les projets de Coulibaly"

Said Makhlouf a été "très proche d'Amar Ramdani, avec de nombreux allers-retours dans la région lilloise ensemble.

"Ces séjours peuvent être rapprochés des livraisons d’armes qui ont ensuite été trouvées en possession d'Amedy Coulibaly. Il a ainsi apporté une aide logistique incontestable", estime le président, ajoutant toutefois:

"Il n'y a pas de preuve qu'il connaissait les projets d'Amedy Coulibaly."

Ramdani avait "pleinement conscience" du projet mortifère de Coulibaly

Amar Ramdani a pris une part activedans escroquerie automobile en 2014 qui a permis de financer une partie des actions terroriste à venir, évoque le juge.

Le président rappelle "la relation tissée" entre l'accusé et Amedy Coulibaly à la maison d'arrêt de Villepinte. "La relation a perduré, les contacts étaient nombreux", sougigne le président.

Amar Ramdani fréquentait "d'autres profils similaires". Il avait "pleinement conscience" du projet de Coulibaly, sans en connaître les détails.

Raumel a "stocké chez lui" du matériels ayant servi à l'attaque

Christophe Raumel, "qui ne fréquentait qui très peu Amedy Coulibaly et uniquement par l'intermédiaire de Willy Prevost", affirme le président.

Néanmoins, ce dernier a participé à l'achat de deux couteaux, un taser, un véhicule. "Il a stocké chez lui tout ou une partie de ce matériel", rappelle le magistrat.

Willy Prevost "a apporté un soutien logistique à Amedy Coulibaly"

Willy Prevost "a apporté un soutien logistique à Amedy Coulibaly" pour la réalisation des attentats de janvier 2015.

La cour rejette la thèse que cette aide a été réalisée "sous la pression d'Amedy Coulibaly" mais reconnaît que les deux hommes entretenaient "une relation déséquilibrée depuis plusieus années".

"Il connaissait la nature des projets, sans en connaître les détails", affirme le président.

Pastor Alwatik "partageait" l'idéologie radicale de Coulibaly

Nezar Mickaël Pastor Alwatik, témoin du mariage d'Amedy Coulibaly "partageait l'idéologie jihadiste" de ce dernier.

Le juge souligne que les deux hommes avaient des "liens d'amitiés étroits".

L'accusé connaissait son "projet criminel", estime la cour, même si elle reconnaît qu'il ne connaissait peut-être "pas les détails".

Polat avait "des connaissances suffisantes des intentions" de Coulibaly

Dans un long exposé, le juge explique que les frères Kouachi et Amedy Coulibaly ont agi en "co-action".

La cour estime qu'ils sont "co-auteurs" des attentats commis en janvier 2015.

Ali Riza Polat a apporté "une aide logistique déterminante à Coulibaly. (..) La cour a établi qu’il avait des connaissances suffisantes des intentions de ce dernier", estiment les juges.

L'accusé a eu "un rôle particulièrement actif et transversal", souligne le président.

"Les contacts entre Coulibaly et Polat ont été nombreux dans les jours qui ont précédé les faits", rappelle également le juge, avant d'évoquer "l'amitié de longue date" entre les deux hommes.

Croquis d'audience du principal accusé des attentats e janvier 2015 Ali Riza Polat, let de son avocate Me Isabelle Coutant-Peyre (g), le 26 octobre 2020 au tribuanl de Paris
Croquis d'audience du principal accusé des attentats e janvier 2015 Ali Riza Polat, let de son avocate Me Isabelle Coutant-Peyre (g), le 26 octobre 2020 au tribuanl de Paris © Benoit PEYRUCQ © 2019 AFP

Les armes des frères Kouachi "n'étaient pas traçables"

Sur les armes utilisées par les frères Kouachi, le juge signale qu'elles "n'étaient pas traçables", contrairement à celles d'Amedy Coulibaly.

Ces dernières ont été fournies par Claude Hermant, un militant néonazi lillois, trafiquant d’armes et ancien indicateur des gendarmes français.

Claude Hermant a été condamné à huit ans de prison dans une procédure portant sur un trafic d'armes plus large mais n’a donc pas été poursuivi dans ce dossier.

Hayat Boumeddiene coupable d'AMT et de financement du terrorisme

Hayat Boumeddiene, veuve d'Amedy Coulibaly, a été reconnue coupable d'association de malfaiteurs terroriste et de financement du terrorisme.

Hayat Boumeddiene.
Hayat Boumeddiene. © Police

Six accusés bénéficient d'une requalification

Nezar Mickaël Pastor Alwatik, Amar Ramdani et Willy Prevost sont reconnus coupables d'associations de malfaiteur terroriste criminelles.

Saïd Makhlouf, Mohamed Fares, Abdelaziz Abbad, Metin Karasular, Miguel Martinez, Christophe Raumel sont reconnus coupables d'association de malfaiteurs, sans la qualification terroriste. Ce dernier a donc bénéficié d'une requalification.

Un des frères est Belhoucine est déclaré coupable des faits de complicités des crimes et délits commis par Amedy Coulibaly et les frères Kouachi.

Ali Riza Polat déclaré coupable des chefs de complicité

Ali Riza Polat déclaré coupable des chefs de complicitié d'assasinat. Il est acquitté du chef d'associaiton malfaiteur terroriste criminelle.

L'audience est reprise

Les juges viennent de faire leurs entrées dans la salle d'audience.

L'audience est reprise.

Que se passe-t-il après le verdict?

À l’issue du verdict, la défense et le ministère public ont la possibilité de faire appel, et ce, dans les dix jours suivant le délibéré. Les parties civiles ne peuvent pas interjeter appel sur la décision de la cour, seulement sur les intérêts civils.

· Pour les accusés déjà en détention provisoire: si la peine prononcée excède les années passées en prison, ils retourneront dans leur établissement pénitentiaire à l’issue du verdict.

· Pour Christophe Raumel, le seul accusé à comparaître libre: sa situation dépendra du quantum de la peine et de la délivrance, ou non, d’un mandat de dépôt.

· Si un accusé est acquitté: il sera libéré aussitôt et pourra déposer une requête ultérieurement pour demander réparation des années passées en détention.

Les 11 accusés viennent d'arriver dans le box

Les 11 accusés viennent d'arriver dans le box, sous escorte policière.

Certains discutent avec leurs avocats, d'autres se tiennent debout derrière la vitre du box. Miguel Martinez échange quelques mots avec sa compagne.

La salle d'audience est bondée, plus aucune place de libre sur les bancs reservés aux parties civiles, comme à la presse.

Les 11 accusés présents au procès des attentats de janvier 2015, le 14 décembre 2020 au tribunal judiciaire de Paris.
Les 11 accusés présents au procès des attentats de janvier 2015, le 14 décembre 2020 au tribunal judiciaire de Paris. © Benoit PEYRUCQ / AFP

Focus sur les plaidoiries

Les deux dernières semaines étaient consacrées aux plaidoiries des parties civiles et de la défense.

Des moments forts que nous vous proposons de redécouvrir ici:

· "Charlie Hebdo est devenu un symbole": au procès, Richard Malka livre une ode à la liberté d’expression

· "Polat n’a jamais été le bras droit de Coulibaly": place à la défense au procès des attentats de janvier 2015

Quelles ont été les peines requises ?

Lors des réquisitions, les avocats généraux ont demandé une réponse "ferme et équilibrée", estimant que chacun des accusés avait "sa part de responsabilité" dans le "processus mortifère" qui a conduit aux attentats.

· Pour le principal accusé Ali Riza Polat, le ministère public a requis la plus lourde peine: la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une peine de sûreté de 22 ans.

· Des peines de 7 à 17 ans de prison ont été requises à l’encontre des membres de la filière de Lille, Amar Ramdani, Saïd Makhlouf et Mohamed Fares. À noter toutefois que les avocats généraux ont demandé l'abandon de la qualification terroriste pour ce dernier.

· Une peine de 20 ans de réclusion criminelle, assortie d’une peine de sûreté des deux tiers à l’encontre de Nezar Mickaël Pastor Alwatik.

· 15 à 18 ans de prison contre les membres de la filière belgo-ardennaise: Abdelaziz Abbad, Metin Karasular, Michel Catino et Miguel Martinez.

· Une peine de 18 ans, assortie d’une période de sûreté des deux tiers pour Willy Prevost et de 5 ans de prison pour le seul à comparaître libre Christophe Raumel. La qualification terroriste avait déjà été abandonnée durant l’instruction pour ce dernier.

Attentats de janvier 2015: la perpétuité requise à l'encontre du principal accusé Ali Riza Polat

Retour sur les temps forts du procès

Lors des premières semaines, la parole était aux rescapés et proches des victimes des frères Kouachi et d’Amedy Coulibaly.

À la barre, ils ont livré des récits poignants des attentats, mais aussi de l’après, et du travail de résilience qui occupe encore une grande place dans leur vie.

· Procès Charlie Hebdo: atteint par deux balles, le survivant Simon Fieschi raconte les séquelles "à vie"

· "J’ai tout de suite reconnu le bruit d’une arme automatique": récit d’un rescapé de l’Hyper Cacher

· "On nous a volé notre chair": les témoignages poignants des proches des victimes de l’Hyper Cacher

· "Il a été le premier tué, le dernier enterré": au procès Charlie, l'hommage poignant à la victime "oubliée" des attentats

Qui sont les 14 accusés ?

14 personnes ont été renvoyées devant la cour d’assises spécialement composée, mais seulement 11 ont comparu lors de ce procès “historique”.

Les frères Mohamed et Mehdi Belhoucine ont été vraisemblablement tués lors de combats en zone irako-syrienne, tandis que Hayat Boumeddiene, la veuve d'Amedy Coulibaly est toujours activement recherchée par les autorités.

Le seul à encourir la perpétuité est le turbulent Ali Riza Polat, présenté comme “le bras droit de Coulibaly”. Ces trois mois d’audiences ont été marqués par ses nombreux débordements, mais aussi par une suspension de trois semaines à la suite d’une contamination au Covid-19 de ce dernier.

Dans le box sont également présents:

  • Amar Ramdani, Saïd Makhlouf et Mohamed Fares, les accusés de la filière de Lille,
  • Nezar Mickaël Pastor Alwatik,
  • Abdelaziz Abbad, Metin Karasular, Michel Catino et Miguel Martinez, des filières de Charleroi et Charleville-Mézières
  • Willy Prevost et Christophe Raumel

Voici, plus en détail, la présentation des 14 accusés.

Les journalistes présents en nombre

Les journalistes - dont quelques médias étrangers - sont venus très tôt pour assister au verdict. Certains de nos confrères sont présents depuis 9 heures ce matin.

En plus de la salle d'audience, le tribunal a ouvert deux salles de retransmission, ainsi que l'auditorium.

La presse devant la salle d'audience du procès des attentats de janvier 2015, le 16 octobre 2020.
La presse devant la salle d'audience du procès des attentats de janvier 2015, le 16 octobre 2020. © Ambre Lepoivre
Les nombreux journalistes devant la salle d'audience du procès des attentats de janvier 2015, le 16 décembre 2020.
Les nombreux journalistes devant la salle d'audience du procès des attentats de janvier 2015, le 16 décembre 2020. © Ambre Lepoivre

Bienvenue dans ce direct

Bonjour à tous.

Presque six ans après les attentats de Charlie Hebdo, de l’Hyper Cacher, de Montrouge et de la prise d’otages à Dammartin-en-Goële, BFMTV est au tribunal judiciaire de Paris pour suivre le verdict du procès des attentats de janvier 2015.

La décision de la cour d’assises spécialement composée est attendue cet après-midi, à 16 heures. Suivez en direct le délibéré, ainsi que toutes les réactions des parties civiles et de la défense.

Retrouvez-nous aussi sur Twitter et en direct sur BFMTV.

Ambre Lepoivre et Esther Paolini