BFMTV

Disparition d'Estelle Mouzin: des fouilles entreprises au domicile de l'ex-femme de Michel Fourniret

Des militaires participent aux recherches.

Des militaires participent aux recherches. - Philippe Desmazes - AFP

Des fouilles ont déjà été menées au domicile de la deuxième femme de Michel Fourniret à Clairefontaine, dans les Yvelines, en septembre dernier.

Il s'agissait de l'un des enjeux du procès de Michel Fourniret qui s'est achevé il y a quelques jours. Le tueur en série a-t-il un lien avec la disparition d'Estelle Mouzin en 2003. Si l'audition de celui que l'on surnomme "l'ogre des Ardennes" n'a rien donné, la justice vient d'ordonner que de nouvelles fouilles soient réalisées au domicile de l'ancienne femme de Michel Fourniret.

Depuis lundi, "une campagne de fouilles a repris dans cette affaire", a indiqué la procureure de Meaux, Dominique Laurens. Si l'enquête sur la disparition de l'enfant est menée par la police judiciaire de Versailles, des militaires spécialisés en fouilles opérationnelles participent aux recherches à Clairefontaine, dans les Yvelines.

Des allusions de Fourniret

En septembre déjà, des fouilles avaient été réalisées chez la deuxième femme du tueur en série, sans donner de résultat. Dans cette enquête sur la disparition d'Estelle Mouzin à Guermantes en 2003, le nom de Michel Fourniret est apparu à plusieurs reprises. L'hypothèse avait été relancée au début de l'année après les déclarations du meurtrier qui, comme à son habitude, laisserait entendre qu'il pourrait être impliqué.

En février dernier, le tueur en série a reconnu deux nouveaux meurtres, ceux de Joanna Parrish et Marie-Angèle Domece. Le corps de la première, assistante d'anglais de nationalité britannique, avait été découvert le 17 mai 1990 à Moneteau, dans l'Yonne. Elle était nue, avait été battue et violée. La seconde, une jeune handicapée mentale de 19 ans, a disparu le 8 juillet dans l'Yonne. Son corps n'a jamais été retrouvé.

Le 16 novembre dernier, Michel Fourniret a été condamné une deuxième fois à la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre de Farida Hammiche, la femme d'un ex-codétenu.

Justine Chevalier avec AFP