BFMTV

Dîners clandestins: l'avocat de Christophe Leroy affirme qu'"aucun ministre n’a participé aux repas"

Le chef cuisinier Christophe Leroy.

Le chef cuisinier Christophe Leroy. - BFMTV

Le chef cuisinier Christophe Leroy est soupçonné d'avoir organisé des dîners parisiens aussi luxueux que clandestins, auxquels des ministres auraient participé, selon des propos tenus par le collectionneur Pierre-Jean Chalençon. L'avocat de Christophe Leroy dénonce un "mauvais procès".

La polémique autour des dîners clandestins continue d'enfler. Ce jeudi, l'avocat du chef cuisinier Christophe Leroy, soupçonné d'avoir organisé des repas luxueux clandestins notamment au Palais Vivienne, propriété du collectionneur de Pierre-Jean Chalençon, dénonce un "véritable acharnement médiatique injustifié".

Soucieux de désamorcer les rumeurs, Me Thierry Fradet déclare que "contrairement à ce qui a été affirmé de manière peu professionnelle, aucun ministre n’a participé aux repas". Pierre-Jean Chalençon, identifié comme l'un des organisateurs, avait en effet déclaré avoir "dîner dans la semaine dans deux ou trois restaurants clandestins" où il aurait croisé "des ministres". Il est depuis revenu sur ses propos, en expliquant avoir voulu faire de "l'humour".

"Honorer la cuisine française"

Par ailleurs, Me Fradet assure que les réceptions effectuées par Christophe Leroy l'ont été, "comme la loi l’autorise, dans des domiciles privés et non pas dans des établissements recevant du public de type restaurant". Il argue que le chef cuisinier a simplement souhaité "assouvir sa passion: honorer la cuisine française". L'avocat dénonce un "mauvais procès" déclenché après la diffusion d'un reportage de M6 sur ces festivités fastueuses.

"Ses prestations ont été faites dans des domiciles, dans un cadre de clubs accessoires à une autre prestation ou du moins activité qui intéressait les participants", a ensuite répété l'avocat jeudi soir à l'antenne de BFMTV. "Parfois c'était la visite d'un site, parfois c'était la cuisine en elle-même sous forme d'ateliers, de showrooms", affirme-t-il encore, précisant que "ce qu'il fait, il l'a toujours fait dans un domicile privé".

Dimanche, une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour mise en danger de la vie d'autrui et travail dissimulé. Elle a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance à la personne de la police judiciaire parisienne afin de "vérifier si des soirées ont été organisées en méconnaissance des règles sanitaires et de déterminer quels en ont été les éventuels organisateurs et participants", a annoncé le procureur de la République de Paris Rémy Heitz.

Ambre Lepoivre Journaliste BFMTV