BFMTV

Dieudonné: Paris interdit la tenue de ses spectacles

Affiches du spectacle "Le Mur" de Dieudonné

Affiches du spectacle "Le Mur" de Dieudonné - -

Une nouvelle manche a été remportée vendredi par le gouvernement dans le bras de fer qui l'oppose à l'humoriste. Le Conseil d’État a en effet interdit la représentation du "Mur" à Tours. Par ailleurs, le préfet de police de Paris a également interdit la tenue de ses spectacles.

Valls: 2 - Dieudonné: 0. La plus haute juridiction a de nouveau vendredi statué en faveur du gouvernement en interdisant le spectacle du polémiste intitulé "Le Mur", prévu à Tours dans la soirée. La veille, le Conseil d'Etat en avait fait de même pour une représentation qui devait se tenir à Nantes.

Mais le match entre le ministre de l'Intérieur et l'humoriste pourrait bien jouer les prolongations. Alors que Dieudonné avait prévu de risposter en donnant un "autre" spectacle à partir de samedi à Paris, le préfet de police a fait savoir qu'il interdisait toute représentation de l'humoriste dans la capitale. Retour sur les principaux événements de la journée.

> Le tribunal administratif interdit le spectacle à Tours

Vendredi, c'était un peu "on prend les mêmes et on recommence". Comme la veille, la décision, très attendue, du tribunal administratif d'Orléans, était censée donner le "la" dans la suite de l'affaire Dieudonné.

A la différence de son homologue nantais, le tribunal administratif d'Orléans, saisi de requêtes d'un spectateur et du polémiste, a validé dès la mi-journée l'arrêté d'interdiction du spectacle "Le Mur".

Une décision qui s'accompagne en outre d'une amende pour Dieudonné, qui devra verser 1.000 euros à la ville de Tours. Quant au spectateur plaignant, il se voit dans l'obligation de payer 500 euros à la municipalité.

De son côté, Manuel Valls, alors en déplacement à Quimper, s'est réjoui d'une décision annonçant "la fin du temps de l'impunité".

> La défense de Dieudonné saisit le Conseil d'Etat

Les avocats de Dieudonné n'entendent pas baisser les bras. Et cette fois-ci c'est à leur tour de saisir la plus haute juridiction administrative française, le Conseil d'Etat, pour protester contre l'interdiction du spectacle à Tours.

Pour les trois conseils de Dieudonné, présents à l'audience, l'arrêté du maire de Tours n'a pas été suffisamment motivé. "Ce spectacle se produit depuis six mois, six fois par semaine, sans qu'on ait pu relever le moindre trouble", souligne Me Pierre Ricard.

"Le seul moyen approprié de prévenir ce trouble, c'est d'interdire le spectacle, il n'y en a pas d'autre", conclut pour sa part, Pascale Léglise, qui représente le ministère de l'Intérieur. La décision est attendue pour 18h30.

> Le Conseil d'Etat interdit la représentation

La sentence tombe et signe un deuxième revers pour Dieudonné. Le Conseil d'Etat valide la décision du tribunal administratif d'Orléans, interdisant ainsi le spectacle dans la ville de Tours prévu vendredi soir.

"On sera encore là demain", assure alors, après la lecture de la décision, un des avocats de l'humoriste Sanjay Mirabeau. "A chaque fois que nous aurons une décision d'interdiction en première instance, nous irons au Conseil d'Etat", prévient-il encore.

Selon les autorités, environ 2.500 billets ont été vendus sur les 5.000 à 6.000 places que compte le Zénith d'Orléans.

> Le préfet de police interdit les spectacles de Dieudonné à Paris

Dans la foulée de la décision du Conseil d'Etat, et en réponse aux faits qui lui sont reprochés, Dieudonné promet sur sa page Facebook un nouveau spectacle "écrit en trois nuits.. et (qui) s'inspire de mythes ancestraux et de croyances primitives".

Ainsi, "un nouveau spectacle" devait être donné à partir de samedi 14h par le polémiste au théâtre de la Main d'Or à Paris, selon son site officiel. Mais le préfet de police de Paris a interdit dans la soirée par arrêté les trois prochains spectacles annoncés dans la capitale.

Mélanie Godey