BFMTV

Dieudonné interdit à Nantes: Valls satisfait, les fans en colère

Dieudonné lors d'un de ses spectacles le 15 janvier 2012 sur la scène de La Main d'Or à Paris

Dieudonné lors d'un de ses spectacles le 15 janvier 2012 sur la scène de La Main d'Or à Paris - -

Le Conseil d'Etat a finalement donné raison jeudi à Manuel Valls en interdisant in extremis, et pour la première fois, le spectacle de Dieudonné à Nantes. Le polémiste a appelé ses fans à rentrer chez eux.

Tout s'est joué en quelques heures. Alors que le tribunal administratif avait autorisé jeudi en début d'après-midi la tenue à Nantes du spectacle de Dieudonné, le Conseil d'Etat, saisi "immédiatement" par Manuel Valls, a finalement annulé la décision de justice. La représentation prévue jeudi soir à 20h30 a ainsi été interdite in extremis - deux heures seulement avant le lever de rideau.

Très vite, une foule de spectateurs mécontents s'est formée devant le Zénith nantais. De son côté, le polémiste a appelé ses fans, via Facebook, à rentrer chez eux. Retour sur une journée en trois actes riche en rebondissements.

> Acte I - Le tribunal administratif autorise le spectacle

La nouvelle est tombée comme un couperet. A 14h30 jeudi, le tribunal administratif de Nantes suspend l'arrêté préfectoral qui interdisait le spectacle de Dieudonné. Celui-ci "ne peut être regardé comme ayant pour objet essentiel de porter atteinte à la dignité humaine", explique le tribunal dans un communiqué.

Et d'ajouter que "le risque de troubles publics causés par cette manifestation (...) ne pouvait fonder une mesure aussi radicale que l'interdiction de ce spectacle". Le Zénith de Nantes ouvrira donc bien ses portes au "Mur" (nom du spectacle, ndlr) de Dieudonné.

Un premier revers pour Manuel Valls qui s'était engagé dans un véritable bras de fer contre le polémiste. Loin d'abandonner, le ministre de l'Intérieur fait savoir qu'il saisit "immédiatement" le Conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative, estimant que cette décision "n'éteint pas les voies de droit".

Pour l'avocat de Dieudonné, Maître Verdier, "c'est la défaite de Monsieur Valls, c'est la défaite de Monsieur Ayrault".

> Acte II - Le Conseil d'Etat examine l'affaire

En saisissant la plus haute juridiction administrative, le ministre de l'Intérieur entend ne rien lâcher. La défense de Dieudonné dénonce alors "l'acharnement" contre son client, lequel a été condamné plusieurs fois pour antisémitisme.

La décision du Conseil d'Etat, sur l'interdiction du spectacle de Dieudonné à Nantes, est attendue rapidement, vers 18h30, fait savoir le juge des référés au Conseil d'Etat, Bernard Stirn. Entretemps, Manuel Valls multiplie les déclarations, promettant entre autres, que "quelles que soient les décisions en cours, la mobilisation continue (...) tous les moyens de droit doivent être employés".

Le ministre assure également que le président de la République, le Premier ministre et les membres du gouvernement se sont "engagés" à ses côtés.

> Acte III - Le Conseil d'Etat interdit le spectacle

Puis c'est le coup de théâtre. Aux alentours de 19h, le Conseil d'Etat donne raison au gouvernement. La décision du tribunal administratif de Nantes est annulée, validant ainsi, pour la première fois, l'interdiction du spectacle de Dieudonné prévu dans la soirée au Zénith de Nantes.

Dans sa décision, le juge des référés a en effet considéré que "la réalité et la gravité des risques de trouble à l'ordre public" étaient "établis". Cet arrêté est en fait un retournement de jurisprudence, les tribunaux administratifs ayant, à une quinzaine de reprises ces dernières années, invalidé des arrêtés d'interdiction de spectacles de Dieudonné.

Il s'agit là d'une première victoire pour Manuel Valls. "La République a gagné", déclare-t-il dans la soirée en apprenant la décision du Conseil d'Etat. "On ne peut pas tolérer la haine de l'autre, le racisme, l'antisémitisme, le négationnisme, ce n'est pas possible, ce n'est pas ça la France", ajoute-t-il.

Un Manuel Valls satisfait tandis que des centaines de spectateurs furieux scandent durant deux heures "On veut voir Dieudonné!", "Valls démission!" "dictature!".

Mais vers 20h30, à l'heure prévue du spectacle, les fans de Dieudonné commencent à se disperser, après l'appel au calme lancé par Dieudonné sur sa page Facebook. Il devrait s'exprimer vendredi sur YouTube.

Mélanie Godey et vidéo Julien Migaud-Muller