BFMTV

Des enquêtes ouvertes après la mort de deux détenus à Fleury-Mérogis

La prison de Fleury-Mérogis est la plus grande d'Europe.

La prison de Fleury-Mérogis est la plus grande d'Europe. - AFP

Deux enquêtes ont été ouvertes depuis le début du mois d'avril par le parquet d'Evry après la mort de deux détenus à la prison de Fleury-Mérogis dans des conditions qui restent à déterminer. Ces décès s'ajoutent à quatre autres. A chaque fois, les détenus se sont donnés la mort.

Des semaines noires à la prison de Fleury-Mérogis. En quelques semaines, six décès ont été recensés dans la plus grande prison d'Europe qui compte plus de 4.100 détenus à la maison d'arrêt pour hommes. Quatre sont des suicides mais la mort de deux autres détenus, à quelques jours d'intervalle, reste à expliquer.

Ces deux décès dont les circonstances restent floues sont survenus au début du mois d'avril, a indiqué le parquet d'Evry, confirmant des informations du Parisien. Deux enquêtes ont été ouvertes et confiés à la brigade de gendarmerie d'Evry. "Des chiffres inquiétants, indique au quotidien François Bès de l’Observatoire international des prisons (OIP), car cela serait presque autant que les décès comptabilisés sur douze mois certaines années. "

Frappé à mort

Le 5 avril, un détenu de 39 ans a été frappé à mort lors d'une promenade. Après avoir purgé une courte peine de deux mois, l'homme devait sortir deux jours plus tard. Victime de nombreux coups, il est resté en état de mort cérébral pendant plusieurs jours avant de succomber à ses blessures lundi. Une dette non payée liée à un trafic de stupéfiant pourrait être à l'origine de sa mort. "Il y avait une centaine de détenus dans la cour" et de nombreuses auditions de témoins sont en cours, a précisé le parquet.

"La bagarre a eu lieu alors que la promenade venait à peine de commencer", a précisé une source syndicale. "Des détenus l'ont encerclé pour masquer la scène à la vidéosurveillance et il a été roué de coups".

Deux jours plus tard, c'est en pleine nuit qu'un autre détenu est mort. Agé de 21 ans, il a été retrouvé inanimé dans sa cellule. Victime de vomissements dans la journée, il avait consulté un médecin puis avait regagné sa cellule. "Son codétenu a utilisé l'interphone d'urgence vers 6h40 le matin, les surveillants sont immédiatement venus en cellule", détaille une source syndicale. Une autopsie a été réalisée, sans que les conclusions soient rendues publiques.

"Derrière les barreaux, la médecine générale est sinistrée. Fleury est pourtant un des établissements les moins mal dotés en professionnels de santé, il y a un médecin de garde toute la nuit, mais encore faut-il qu’il soit disponible et surtout appelé par les surveillants", rappelle encore François Bès.

J.C. avec AFP