BFMTV

Des agents de la DGSE localisables et identifiables à cause d'une application de jogging

Les agents courent autour du siège de la DGSE situé dans le 20e arrondissement à Paris.

Les agents courent autour du siège de la DGSE situé dans le 20e arrondissement à Paris. - AFP

Des agents du renseignement extérieur ont pu être localisés et identifiés très facilement alors qu'ils utilisaient une application de jogging qui rend public leurs parcours et leur identité.

Pour la discrétion, certains agents de la DGSE repasseront. Des hommes de la direction générale de la sécurité extérieure peuvent être localisés et identifiés grâce à une simple application disponible gratuitement sur téléphone portable. Les "espions" utilisent, en association avec cette application, le GPS de leur montre ou de leur smartphone leur permettant ainsi d'enregistrer leurs parcours et leurs performances lors de leurs joggings, révèle Le Canard Enchaîné.

L'application en cause se nomme Strava. Réalisant des analyses de la performance sportive, une carte géante, au niveau mondial, a pu être constituée à partir des comptes de ses utilisateurs. Parmi eux, de nombreux agents de la DGSE qui font du footing sur leur pause déjeuner. Selon l'hebdomadaire, il est alors possible de suivre, sur l'application, leurs parcours au départ et autour de "la Piscine", le siège de la DGSE boulevard Mortier, dans le XXe arrondissement de Paris. Le tout publiquement.

Des stations d'écoute localisées

Plus inquiétant, ces professionnels de la couverture et de l'espionnage peuvent même être facilement identifiés. Pour cela, il suffit de reprendre toutes les courses réalisées par les agents et notamment celles réalisées de manière officielle, comme le marathon de Paris. Les chronos s'affichent sur l'application mais sont aussi disponibles sur le site internet de l'événement. Il ne reste plus qu'à faire un rapprochement entre les pseudos utilisés par les espions sur l'application et leur véritable nom disponible sur Internet.

Le Canard enchaîné révèle alors que l'utilisation de l'application Strava par les agents de la DGSE a permis de géolocaliser l'un d'entre eux alors qu'il était en planque en Irak. D'autres ont été repérés du côté de l'une des plus importantes stations d'écoute en France, utilisée par le renseignement extérieur ou du côté d'une autre station d'écoute, celle-ci implantée en Afrique. La localisation précise d'une base militaire française à l'étranger, classée top secret, est également possible.

Les espions français n'ont, semble-t-il, pas tiré les leçons des militaires américains. Un chercheur australien sur Twitter a révélé qu'une application de fitness et son système de géolocalisation permettaient la diffusion publique de la position de soldats américains et leurs alliés, une donnée sensible notamment en Afghanistan, en Irak et en Syrie.

J.C.