BFMTV

Course poursuite entre police et migrants en Belgique: une fillette tuée par une balle 

Des policiers établissent un périmètre de sécurité autour du lieu de la fusillade où deux policiers et un civil ont été tués, le 29 mai 2018 à Liège.

Des policiers établissent un périmètre de sécurité autour du lieu de la fusillade où deux policiers et un civil ont été tués, le 29 mai 2018 à Liège. - John Thys - AFP

Le parquet de Mons se montre "prudent" sur l'hypothèse que la balle soit d'origine policière.

Une fillette kurde de deux ans morte jeudi en Belgique dans une camionnette transportant des migrants interceptée par la police a été tuée par "une balle", a révélé ce vendredi le parquet de Mons.

"L'autopsie a permis de déterminer que la cause de la mort était une balle entrée au niveau de la joue", a affirmé à l'AFP Frédéric Bariseau, le premier substitut du parquet de Mons. 

"Je vais être prudent sur le fait que la balle puisse être d'origine policière. On doit confronter les constatations", a-t-il ajouté.

Une enquête a été ouverte par la police des polices belges, le "Comité P", à la demande du juge d'instruction.

30 personnes voyageaient dans la camionnette

Jeudi soir, le parquet avait d'abord assuré les policiers avaient ouvert le feu sur la camionnette pour l'arrêter, mais que "la fillette n'(était) pas décédée des suites des coups de feu des policiers". Trente personnes dont 26 adultes, tous d'origine kurde, voyageaient dans la camionnette.

"Ces personnes sont actuellement auditionnées, ce qui devraient prendre du temps, en raison d'une nécessaire traduction", avait alors précisé Frédéric Bariseau.

L'enfant est morte dans l'ambulance qui l'emmenait à l'hôpital. Cette course poursuite a eu lieu entre Namur et Maisières, un faubourg de Mons, distants d'environ 70km. 

La mort de la fillette a provoqué des remous jeudi à Grande-Synthe, près de Dunkerque dans le département français du Nord, l'enfant étant membre d'"une famille de migrants actuellement hébergée dans un gymnase de Grande-Synthe", selon la préfecture du Nord.

L.A., avec AFP