BFMTV

Corps retrouvé à Oléron: une forte présomption pour qu'il s'agisse d'Alexia

Le corps retrouvé jeudi à Oléron pourrait bien être celui d'Alexia. "La physionomie et les vêtements" correspondent à l’adolescente disparue, a annoncé le parquet. Une première autopsie semble écarter, a priori, des "violences sexuelles".

"La physionomie et les vêtements correspondent à ceux d'Alexia". Un corps de femme avait été découvert ce jeudi dans le sud de l'île d'Oléron, en Charente-Maritime, où une adolescente de 15 ans, Alexia Silva Costa avait disparu il y a plus d'un mois. Une première autopsie a été réalisée ce vendredi matin, dont les conclusions viennent de tomber. Samedi, les analyses ADN sont venues confirmer que le corps trouvé est bien celui d'Alexia.

"Le corps ne semble pas avoir subi de violences sexuelles" a déclaré le procureur de la République de La Rochelle dans un communiqué publié vendredi. "Les causes de la mort ne seront connues qu'à l'issue des analyses médico-légales complémentaires", d'ores et déjà ordonnées.

"Le corps était dissimulé avec beaucoup de soins"

Une enquête préliminaire pour homicide volontaire a été ouverte, confiée à la Section de recherches de Poitiers. Le corps a été découvert sur la commune de Saint-Trojan, dans un trou d'eau, recouvert par des branchages. 

"Le corps était dissimulé, avec beaucoup de soins, sous des végétaux rendant ainsi sa découverte particulièrement difficile lors des précédents passages", a expliqué le procureur de la République de La Rochelle, Isabelle Pagenelle. 

Dans l'urgence, l'Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale (IRCGN) de Cergy s'est rendu en hélicoptère sur la scène de la découverte du corps en urgence, dans la soirée de vendredi, pour analyser les lieux. 

D'intenses battues dans l'île d'Oléron

Alexia Silva Costa, quinze ans, s'était volatilisée le 1er février dernier à la sortie du lycée, le Centre expérimental pédagogique maritime en Oléron (Cepmo) de Saint-Trojan-les-Bains, au sud de l'île.

D'intenses recherches, dès le lendemain, ont mobilisé d'abord une quarantaine de gendarmes, puis une centaine d'élèves-gendarmes, des plongeurs un hélicoptère, des maîtres-chiens, et quelque 200 habitants de l'île. En vain.

Au total, près de 80 personnes avaient été auditionnées à la fin février. Fugue, enlèvement ou mauvaise rencontre, les gendarmes continuaient ces dernières semaines d'explorer toutes les pistes, ainsi que les recherches sur le terrain. Mais le père d'Alexia, Manuel Silva Costa, confiait fin février que les enquêteurs semblaient écarter désormais la thèse de la fugue.
C. P.