BFMTV

Confinement: comment Castaner veut "dissuader" les Français de partir en vacances

Ce vendredi sonne le début des vacances de Pâques dans la zone C, mais pas question de rompre avec les mesures de confinement. Les autorités mettent en place des contrôles renforcés pour dissuader les Français de prendre le large.

"Notre objectif est de dissuader les départs en vacances." Le soleil sera au rendez-vous ce week-end et pourrait donner des envies d’évasion à certains. Cependant, les autorités ne transigerons pas sur les règles de confinement, prévient dans les colonnes du Parisien le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner.

Dès ce vendredi, des contrôles renforcés "au départ des grandes villes, dans les gares, sur les routes et dans les lieux touristiques" sont mis en place pour dissuader les Français de partir pour les vacances de printemps.

"Pas de vacances pendant le confinement"

La zone C, qui regroupe les académies d'Ile-de-France et d'Occitanie, est officiellement en vacances scolaires à partir de ce vendredi. Mais le ministre de l’Intérieur a été clair dès le milieu de semaine en fermant les portes aux traditionnels grands départs pour le week-end de Pâques: "On ne part pas en vacances pendant la période de confinement."

"On ne doit pas changer de lieu de confinement, et d’ailleurs il n’y a pas de vacances en confinement, celui ruinerait des semaines d’effort si on prenait tous nos voitures pour changer de lieu", confirme ce vendredi sur notre antenne Camille Chaize, porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Un message également martelé par le Premier ministre Edouard Philippe jeudi soir sur TF1: "Il ne doit y avoir aucun départ en vacances (...) pour que le début des vacances scolaires ne se traduise pas par des trajets qui viendraient ruiner l'effort collectif mené depuis trois semaines. Il y aura des contrôles. Tous ceux qui seront en contravention se verront sanctionner. "

Environ 160.000 policiers et gendarmes mobilisés

Dès ce vendredi, environ 160.000 policiers et gendarmes seront mobilisés pour veiller au respect des règles de confinement, prévient Camille Chaize. Rien qu’en Ile-de-France, sept escadrons de gendarmerie mobile et trois hélicoptères seront mobilisés en renfort.

Dans l'agglomération parisienne, la préfecture de police de Paris a souligné vouloir faire respecter le confinement "avec la plus grande fermeté". "A défaut de justificatif valable, les voyageurs seront verbalisés pour non respect des mesures de confinement et ne seront pas autorisés à poursuivre leur route, à prendre leur train ou leur avion", a-t-elle souligné.

"Le non-respect des consignes expose à une amende, a rappelé Maggy Scheurer, porte-parole de la Gendarmerie nationale, sur BFMTV. Elle est fixée à 135 euros actuellement. Si vous êtes plusieurs à l’intérieur du véhicule il peut y avoir autant d’amende que de personnes qui circulent à l’intérieur du véhicule, c’est important de le savoir. Dans la mesure où on va vous demander de rentrer chez vous si vous partiez en vacances, vous pouvez tomber sur un contrôle également dans le sens du retour."

Les plateformes de location sous surveillance

Pour ne pas tenter les vacanciers, les plateformes de location d'hébergements touristiques entre particuliers seront également sous surveillance pendant ces congés. "J'ai demandé dès ce mardi soir aux préfets des zones touristiques de vérifier les niveaux de location et d'occupation des Airbnb et autres offres locatives", a expliqué Christophe Castaner mercredi sur LCI.

"Tous nos vacanciers ont reçu un message pour gérer leur annulation jusqu'au 30 avril. Personne ne va partir pour les vacances de Pâques", assure la plateforme Abritel aux Echos.

Le site de location de vacances invite "les propriétaires à bloquer temporairement leur calendrier pour les périodes pendant lesquelles les déplacements sont restreints". Idem du côté de Airbnb: l’entreprise "encourage tous ses utilisateurs à respecter les règles édictées par le gouvernement", précisent les Echos

Ambre Lepoivre avec AFP