BFM Business

Les départs en vacances interdits pendant le confinement, les contrôles routiers renforcés

Les forces de l’ordre vont multiplier les contrôles routiers ce week-end, alors que débutent les vacances scolaires pour plusieurs académies. 160.000 policiers et gendarmes seront mobilisés tout le week-end.

Des vacances oui, mais à la maison. Dès ce vendredi, les forces de police et gendarmerie vont multiplier les contrôles routiers, mais aussi les contrôles dans les aéroports et les gares notamment en Ile-de-France pour s’assurer que le confinement est bien respecté, même pendant les vacances scolaires.

La Zone C, soit les académies de Créteil, Paris, Versailles, Montpellier et Toulouse, débute ce 3 avril deux semaines de vacances de printemps, et les autorités craignent que les vacanciers ne prennent la route après trois semaines de confinement.

"On ne part pas en vacances pendant la période de confinement mise en place pour lutter contre la propagation du coronavirus", a prévenu ce mercredi le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Des contrôles routiers renforcés en région parisienne

Le message est depuis relayé par les différentes préfectures.

"Les vacances commencent certes, mais en période de confinement, on ne prend pas de vacances, a asséné la préfète de la région Nouvelle-Aquitaine Fabienne Buccio lors d'un point presse ce 1er avril, comme le rapporte France Bleu Gironde. Je ne peux pas empêcher les loueurs de louer, mais je peux empêcher les gens de se déplacer".

800 gendarmes et policiers seront ainsi présents sur les routes et autoroutes dans le Sud-Ouest pour assurer des contrôles. Les autorités craignent notamment l'arrivée de Parisiens, mais aussi des habitants de la région Ile-de-France en général, comme de ceux de la région Occitanie dans les zones balnéaires de l’Atlantique.

En région parisienne, les forces de police et de gendarmerie vont être sur le terrain dès ce vendredi matin. "Les départs en vacances et en week-end ne font pas partie des cas de déplacement dérogatoire. De ce fait, les contrôles sont renforcés sur l'ensemble de l'agglomération parisienne et la fermeté sera de mise", peut-on lire sur le compte Twitter de la préfecture de police de Paris.

"Pas autorisés à poursuivre leur route"

Comme pour tout déplacement, "les voyageurs devront être munis de leur attestation de déplacement dérogatoire ou de leur attestation d’employeur justifiant du caractère professionnel de leur déplacement", précise le communiqué de la Préfecture de police publié ce mercredi.

Au-delà de l’amende de 135 euros que risquent les vacanciers, les autorités affichent une grande fermeté pour faire respecter le confinement.

"A défaut de justificatif valable, les voyageurs seront verbalisés pour non-respect des mesures de confinement, et ne seront pas autorisés à poursuivre leur route, à prendre leur train et leur avion", souligne la préfecture de police de Paris dans son communiqué.

En clair, les contrevenants seront renvoyés chez eux une fois verbalisés. Et tous ceux qui sont présents dans le véhicule le seront, prévient Laurent Nunez, le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, ce matin sur RTL:

"Ce n’est pas une infraction routière, où seul le conducteur est susceptible d’être sanctionné. On parle d’une infraction d’une autre catégorie, le non-respect de la règle de confinement et évidemment l’ensemble des personnes présentes dans le véhicule sont susceptibles et seront verbalisés".

Au total, ce sont 160.000 policiers et gendarmes qui assureront ces contrôles pendant tout le week-end, poursuit Laurent Nunez qui a d'ailleurs déjà prévenu :

"Ces contrôles se poursuivront la semaine prochaine".
Pauline Ducamp