BFMTV

Collision d'Allinges: le chauffeur du car condamné à 2 ans avec sursis

Le 2 juin 2008, 7 collégiens sont morts dans la collision de leur car scolaire, à Allinges, en Haute-Savoie.

Le 2 juin 2008, 7 collégiens sont morts dans la collision de leur car scolaire, à Allinges, en Haute-Savoie. - -

Le tribunal correctionnel de Thonon-les-Bains a condamné à deux ans de prison avec sursis le chauffeur de car de la collision d'Allinges (Haute-Savoie), dans laquelle sept collégiens avaient trouvé la mort en 2008. La SNCF et RFF devront notamment verser 5 millions d'euros de dommages et intérêts aux victimes.

Le tribunal correctionnel de Thonon-les-Bains a condamné à deux ans de prison avec sursis le chauffeur de car de la collision d'Allinges (Haute-Savoie), dans laquelle sept collégiens avaient trouvé la mort en 2008. Jean-Jacques Prost a été condamné pour homicides et blessures involontaires par imprudence et maladresse pour avoir arrêté son car à deux reprises sur la voie ferrée, a précisé le président du tribunal en saluant les "déclarations effectuées avec courage et introspection" par le chauffeur. C'est une "juste réparation dans une vie de travail honnête et droite", a-t-il ajouté.
5 millions d'euros de dommages et intérêts sont accordés aux victimes.

La SNCF et RFF condamnés

Le tribunal a également condamné la SNCF et Réseau ferré de France (RFF) à des peines respectives de 200 000 euros et 400 000 euros d'amende pour homicides et blessures involontaires. Les deux sociétés sont condamnées pour n'avoir pas détecté la "particulière dangerosité du passage à niveau n°68" d'Allinges et n'avoir pas pris les mesures de nature à empêcher l'accident.

5 millions d'euros de dommages et intérêts aux victimes

Le tribunal a par ailleurs accordé 5 millions d'euros de dommages et intérêts aux victimes de la collision mortelle d'Allinges. La SNCF, Réseau ferré de France (RFF) et l'employeur du chauffeur de car, la SAS Philippe Transports, sont condamnés à payer cette somme solidairement aux 232 parties civiles, ainsi que 567 000 euros de frais d'avocat. Pour la SAS Philippe Transports, cette somme est opposable à l'assureur Covea Fleet.

J.V. avec AFP