BFMTV

Code de la route: ça va mieux!

Imprégnés de l'ancienne version, les candidats au nouveau code la route étaient depuis début mai désemparés. L'examen a vu son taux de réussite dégringoler. Des questions ont provisoirement été écartées et la courbe s'est à nouveau inversée.

Une hécatombe. Voilà comment on pouvait définir les premiers résultats début mai au nouvel examen du code de la route. Il y a deux semaines, le taux de réussite était passé de 70% (habituellement) à près de 17%. Une chute impressionnante qui laisse entendre que le Direction de la sécurité et de la circulation routières (DSCR) a fait fausse route, soit dans l'élaboration des nouvelles questions, soit dans la formation des candidats.

Trois jours après leur entrée en vigueur, les nouvelles questions ont été retirées. Et finalement, un tiers d'entre elles, celles ayant enregistré le taux d'échec le plus important, n'ont pas réintégré l'examen. Le résultat est sans appel selon l'union nationale des indépendants de la conduite. La réussite est de retour avec un taux avoisinant les 60%.

-
- © BFMTV

Soulagement

Les candidats qui ont testé et échoué avec la première version sentent en effet la différence.

"Avec la nouvelle réforme, je m'attendais à un examen beaucoup plus dur. Là, j'ai l'impression que c'était du gâteau", témoigne Étienne.

Les auto-écoles sont, elles-aussi, soulagées même si certains s'interrogent sur la durée de ces nouveaux succès.

"Il faut réfléchir à ce que vont devenir ces fameuses questions qui ont été retirées et qui vont être remises en service. Pourquoi ont-elles posé problème? Faut-il revoir le libellé des questions? Les images?", s'interroge Philippe Colombani, le président du syndicat Unic.

Les professionnels demandent donc à être associés à la réintroduction de ces questions afin de s'assurer que le code de la route reste un examen accessible à tous.

>>> Testez-vous aussi vos connaissances à travers notre quiz. Avec les nouvelles questions, auriez-vous votre code aujourd'hui?

P. P. avec Kelly Laffin et Elsa Jirou