BFMTV

Ce que l'on sait de l'accident de la route qui a coûté la vie à quatre enfants dans l'Aisne

Quatre enfants ont été tués mardi dans un accident de la route impliquant cinq véhicules sur la route nationale 2 à Laon, dans l'Aisne. Le chauffeur du poids-lourd impliqué a été placé en garde à vue.

Un nouveau drame de la route impliquant des mineurs est survenu mardi. Vers 15h00, un violent accident entre cinq véhicules a eu lieu sur la route nationale 2, au sud de Laon, dans l'Aisne.

· Quatre morts et plusieurs blessés

L'accident a "impliqué un poids lourd de type camion-benne, deux fourgonnettes et deux véhicules de tourisme. Malheureusement dans l'un des véhicules de tourisme se trouvaient quatre enfants" et la mère de l'un d'entre eux. La voiture, en quittant la chaussée, a pris feu", a expliqué le service d'incendie et de secours (SDIS) de l'Aisne.

Les circonstances de cet accident ne sont pas encore complètement claires mais, selon des témoins, il semble que le poids-lourd soit sorti de sa voie et qu'il ait percuté de plein fouet le véhicule qui arrivait en face, dans lequel se trouvaient les cinq victimes. Leur voiture a également été percutée par l'arrière, par la camionnette qui les suivait. Dans le choc, l'automobile s'est immédiatement embrasée.

La conductrice a été conduite en urgence à l'hôpital et se trouve "en urgence absolue même si son pronostic vital, en l'état, ne semble pas engagé", a indiqué mardi Jean-Baptiste Djebarri, ministre délégué aux Transports, qui s'est rendu sur place.

Les quatre enfants sont morts, l'un était le fils de la conductrice, les trois autres ses neveux. Ils étaient âgés de 9, 11 et 13 ans. Les secours ont également apporté leur aide à un blessé léger dans l'un des quatre autres véhicules.

· Le conducteur du poids-lourd placé en garde à vue

Une enquête a été ouverte afin de déterminer les circonstances exactes de l'accident. Ce mercredi, des agents de la police technique et scientifique étaient encore sur place pour prendre des photos et faire des relevés afin de comprendre la trajectoire du camion.

Le conducteur du poids-lourd a été placé en garde à vue, selon une source policière. Les premiers éléments de l'enquête montrent qu'il n'était pas sous l'emprise de l'alcool ou de stupéfiants au moment de l'accident.

"Perdre ces enfants est insupportable, réagit sur notre antenne Olivia Mons, responsable communication de la Fédération France victimes. Nous allons être au plus près des besoins des proches des victimes et des témoins. Nous avons dans notre réseau des psychologues cliniciens qui connaissent ce psychotrauma. Il faut savoir écouter avec empathie pour permettre aux personnes d'exprimer leur peine et leur colère."

· Un tronçon particulièrement "accidentogène"

Cet accident met en lumière la dangerosité de cette partie de la route nationale 2 qui se réduit et passe de trois à deux voies. "C'est un tronçon que nous connaissons tous comme accidentogène", a commenté ce mercredi sur BFMTV le maire de Laon, Eric Delhaye.

"On ne compte plus la litanie des accidents graves et mortels sur ce tronçon qui contourne la ville de Laon au sud. Il y a une zone de dépassement puis un rétrécissement avant d'arriver sur un rond-point où les véhicules prennent souvent de la vitesse et au moment de se rabattre, ils se retrouvent face aux véhicules qui arrivent sur l'autre voie", a-t-il détaille précisant qu'une réunion sur ce sujet aura bientôt lieu. "Il y a des sécurisations possibles à faire. Il faut y réfléchir."

· Cinq mineurs morts dans un accident de la route huit jours plus tôt

Ce drame survient huit jours après une autre tragédie routière qui a frappé neuf membres d'une même famille sur l'A7, dans la Drôme. Leur monospace avait pris feu avant d'effectuer une sortie de route, provoquant la mort de cinq enfants de 3 à 14 ans qui se trouvaient à bord.

Le nombre de personnes tuées sur les routes a baissé de 29,1% en juin, en France métropolitaine, selon les chiffres de la Sécurité routière publiés mi-juillet dans un contexte de reprise limitée des déplacements à la sortie du confinement imposé par la pandémie de Covid-19.

Mais durant les mois d'été, en raison de la crise sanitaire, "les Français devraient privilégier l'usage de l'automobile pour se rendre sur leurs lieux de vacances, principalement dans l'Hexagone", souligne l'organisation.

Elle appelle à la vigilance et à la prudence alors que huit vacanciers français sur dix utiliseront cet été un moyen de transport individuel, selon un sondage publié début juillet par la Prévention routière et Assurance Prévention.

Ambre Lepoivre avec AFP Journaliste BFMTV