BFMTV

Carlton de Lille: quel avenir désormais pour DSK, relaxé?

L'affaire du Carlton de Lille s'est définitivement terminée ce vendredi pour Dominique Strauss-Kahn, qui n'est plus cité dans aucune affaire judiciaire désormais.

Dominique Strauss-Kahn relaxé. A l'annonce du jugement, vendredi, l'ancien directeur du FMI a esquissé un léger sourire, visiblement soulagé. L'affaire du Carlton de Lille, qui avait éclaté en 2011, est désormais définitivement terminée pour lui, puisque les parties civiles n'ont pas l'intention de faire appel. En ayant pu montrer le cruel envers du décor des "parties fines" et des maisons closes à travers les témoignages à la barre de prostituées, comme Jade, les associations estiment avoir remporté une victoire.

Le grand barnum médiatique de la vie de DSK devant les tribunaux est lui aussi terminé: il n'est plus cité dans aucune affaire judiciaire. Eloigné de la vie politique ces dernières années par ses frasques, Dominique Strauss-Kahn aura laissé beaucoup de lui lors du procès du Carlton en février dernier, où sa "sexualité rude" a été décortiquée à la barre.

"Libertin, mais pas proxénète"

"On peut parler d'honneur perdu", estime sur BFMTV Ivan Levaï, ex-époux d'Anne Sinclair, et proche de DSK. "Et retrouver son honneur et sa dignité, cela peut prendre des années. La première chose était d'être lavé sur le plan judiciaire, pour marquer la fin du feuilleton". Voudra-t-il un jour revenir en politique? Ivan Levaï n'y croit pas. "C'est un homme qui ne retombera plus dans la bouilloire politique. Ces affaires ont marqué la fin de ses ambitions politiques. Une autre vie va commencer pour lui, et c'est tant mieux". 

"Il va être reconnu comme étant un libertin, et c'est autorisé en France, mais pas comme un proxénète. C'est en ça que les parties civiles se sont trompées", assène l'écrivain Michel Taubmann, biographe de DSK, qui rejoint la même conviction: "Dominique a perdu tout espoir de revenir en politique".

Toutefois, Dominique Strauss-Kahn a toujours su se relever: jugé dans quatre affaires, la MNEF, le Sofitel, Tristane Banon, et le Carlton de Lille, il n'a jamais été condamné. "Il a chuté dans des affaires qui auraient pu avoir sa peau, et qui auraient eu celle de n'importe qui, et il s'en sort. Il y a chez lui un côté increvable", conclut sur BFMTV le psychanalyste Gérard Miller.

A. G.