BFMTV

"C'est pour casser du flic": un collègue du policier lynché à la manifestation de soignants témoigne

Un collègue du policier agressé à Paris lors de la manifestation de soignants mardi témoigne auprès de BFMTV de la violence de l'agression. Lui et le policier agressé vont porter plainte.

Lors de la manifestation parisienne de soignants mardi, l'image d'un policier à terre, pris à partie par des blacks blocs sur l'esplanade des Invalides a choqué de nombreux internautes sur les réseaux sociaux. L'un de ses collègues témoigne sur BFMTV.

"L'hostilité elle est claire"

A Paris, des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont éclaté en fin de parcours, sur l'esplanade des Invalides. Un policier s'est retrouvé à terre, avant d'être passé à tabac par des casseurs. 

"J'essaye de l'aider à se relever, et je vois une quarantaine d'individus nous foncer littéralement dessus. Ils ont aucun moment d'hésitation. Ils tapent, une fois qu'ils ont tapé, ils partent en courant. L'hostilité elle est claire. C'est pour casser du flic", raconte Julien, agent de la Brigade de répression de l'action violente motorisées (BRAV), blessé à la main.

Le policier à terre reçoit de multiples coups de pied au visage. Son collègue lui, tente de repousser les agresseurs avec du gaz lacrymogène

"C'est vraiment ultra violent, des pavés avec des tirs à bout portant. On nous attendait vraiment pour nous faire mal", assure le fonctionnaire.

"J'essaye de garder mon sang froid"

Ces dizaines de secondes ont marqué le fonctionnaire: 

"Quand on voit un collègue par terre, forcément ça touche. La peur est présente mais on essaye de la contenir. J'essaye de garder mon sang froid et d'agir au plus vite", explique-t-il.

Son collègue a eu un traumatisme crânien et une dent cassée. Tout deux ont décidé de porter plainte. Deux personnes ont depuis été interpellées dans le cadre de l'enquête. L'un des deux interpellés est soupçonné d'être l'auteur du croche-pied qui a fait tomber le policier, selon une information de BFMTV.

A la fin de la manifestation parisienne, la préfecture de police a fait état de 32 interpellations liées aux échauffourées et 19 blessés dans les rangs des forces de l'ordre. 

Esther Paolini