BFMTV

Aubervilliers: l'instituteur reconnaît avoir inventé son agression

Un instituteur de l'école Jean-Perrin à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, a raconté avoir été agressé au cutter dans sa salle de classe par un homme qui aurait invoqué Daesh. Entendu par les enquêteurs, il a avoué avoir tout inventé.

Le déroulé de l'agression était très détaillé. L'instituteur d'Aubervilliers qui disait avoir été agressé à l'arme blanche ce lundi matin vers 7 heures, dans son école, par un individu cagoulé se réclamant de Daesh, a reconnu avoir inventé son agression, a indiqué le parquet ce lundi après-midi. 

D'après les dires de l'enseignant, un homme cagoulé, portant des chaussures de type ranger, s'était introduit vers 7h10 dans l'établissement. Il avait raconté que son agresseur fictif s'était saisi d'un cutter et de ciseaux et l'avait blessé au flanc et à la gorge. Le parquet de Bobigny avait été rapidement dessaisi au profit du parquet anti-terroriste de Paris alors que l'individu avait invoqué l'organisation jihadiste Daesh, avant de prendre la fuite à pieds.

Visionnage de la vidéosurveillance

Hospitalisé, l'instituteur de 45 ans a été entendu tout l'après-midi par les enquêteurs de la section anti-terroriste de la brigade criminelle de la préfecture de police de Paris. C'est à la suite de cette audition que la prétendue victime a révélé avoir tout inventé. Il est actuellement à nouveau entendu pour tenter de comprendre pourquoi il a imaginé ce récit.

Le visionnage des bandes de vidéosurveillance d'Aubervilliers, des villes alentours, ainsi que des bus et des métros n'ont montré aucun individu prendre la fuite, comme l'avait indiqué le professeur. Cet élément a ainsi mis la puce à l'oreille des policiers. Par ailleurs, le maire d'Aubervilliers, Pascal Beaudet, avait noté dans la matinée que le gardien de l'établissement, "à son poste", n'avait pas vu l'agresseur.

Un enseignant "très impliqué"

Comme toutes les écoles d'Aubervilliers, le groupe scolaire Jean-Perrin fait partie du réseau d'éducation prioritaire. L'enseignant, qui y travaille depuis 20 ans, est "apprécié", avait indiqué le maire PCF de la commune. L'instituteur "est très impliqué dans la vie de l'école", selon Nadia Perez, une mère de famille. "C'est une personnalité de l'école", qui, selon elle, "pouvait être assez dur avec les enfants": "Il ne tolérait pas l'impolitesse."

Dans un contexte particulièrement délicat, un mois après les attentats de Paris et de Saint-Denis, la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, s'était rendue sur les lieux de la supposée agression à l'école Jean-Perrin à Aubervilliers. Elle avait dénoncé "un acte d'une grande gravité". La ministre avait également confirmé que la sécurité serait renforcée dans les établissements scolaires.

A.S. et J.C. avec AFP