BFMTV

Attaque de Strasbourg: Chérif Chekatt, 29 ans, 27 condamnations

Le tireur abattu ce jeudi soir avait rapidement été identifié par les forces de l'ordre. Né à Strasbourg, il était âgé de 29 ans et fiché S.

La traque est désormais terminée. Chérif Chekatt, l’auteur des coups de feu qui ont éclaté mardi soir dans le centre-ville de Strasbourg, a été abattu ce jeudi soir. 720 policiers et gendarmes étaient à sa recherche depuis mardi soir, avec un avantage: ils connaissaient son identité et ses points de chute. Retour sur le parcours d'un assaillant multirécidiviste. 

  • Un Strasbourgeois, multirécidiviste, fiché S

Né à Strasbourg, Chérif Chekatt, âgé de 29 ans, a eu un parcours chaotique. Il a très tôt arrêté ses études et enchaîné les petits boulots. Délinquant multirécidiviste, le jeune homme était bien connu des services de police qui le qualifiaient de "très provocateur" notamment par le biais de "discours anti-Etat". Son casier judiciaire, très fourni, contenait 27 condamnations, pour des faits commis en France, en Allemagne mais aussi en Suisse. Selon nos informations, il y avait 67 mentions au fichier de traitement des antécédents judiciaires dont la première a été inscrite quand il était âgé de 10 ans.

Il est fiché S et suivi par les services de la DGSI, en 2015, lorsqu'il sort de prison, après un signalement de l'administration pénitentiaire qui évoquait des signes de radicalisation. Quelques mois plus tard, en janvier 2016, il est aussi inscrit au FSPRT, le Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste. Ces derniers mois, il était suivi de près par les services de la DGSI ainsi que son entourage, sans qu'aucun signe n'alerte sur un possible passage à l'acte.

  • Déjà recherché pour tentative d'homicide 

Le matin même de l'attaque, le suspect a échappé à un coup de filet des forces de l’ordre qui s’étaient rendu chez lui pour procéder à une perquisition pour une affaire de tentative d'homicide. Absent, le suspect a échappé à son interpellation mais une grenade, un pistolet et quelques textes en arabe ont été retrouvés à son domicile. 

  • "Un homme déterminé"
"C'est un homme déterminé. Il devait être arrêté dans la matinée et finalement le soir il a débarqué sur le marché de Noël et a tiré sur des gens au hasard avec un petit calibre 8 millimètres", rapportait notre consultant police-justice, Dominique Rizet. 

Le procureur de Paris Rémi Heitz avait précisé que le suspect avait également utilisé un couteau lors de son attaque.

  • Acte terroriste
"Au regard du lieu ciblé, du mode opératoire employé par l'assaillant, de son profil et des témoignages recueillis auprès de ceux qui l'ont entendu crier 'Allah Akbar', la section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisi des faits", avait affirmé le procureur de Paris, Rémy Heitz.

Une enquête avait été ouverte pour "assassinats, tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle" et le plan vigipirate a été renforcé au niveau "urgence attentat".

  • Le suspect abattu 

Mardi, les premiers coups de feu ont retenti à 19h50 dans la rue des Orfèvres, à quelques mètres du marché de Noël, pour s'achever place Gutenberg. Le tireur a fait feu de manière aléatoire jusqu'à croiser le chemin de soldats de l'opération Sentinelle entre 20h20 et 21 heures. C'est alors qu'il a été blessé par ces soldats et qu'il a riposté, blessant un militaire avant de prendre la fuite dans un taxi. 

Les forces de l'ordres ont été mobilisées pour retrouver sa trace. Laurent Nunez n’excluait pas à ce moment-là que l’assaillant ait quitté le territoire. Finalement, l'homme a été retrouvé dans le quartier Neudorf. 

Ambre Lepoivre