BFMTV

Attaque à Paris: le suspect a fait des repérages avant de passer à l'acte

Jean-François Ricard, le procureur national antiterroriste.

Jean-François Ricard, le procureur national antiterroriste. - BFMTV

Le procureur national antiterroriste a fait le point sur l'enquête quatre jours après l'attaque de deux journalistes devant les anciens locaux de Charlie Hebdo vendredi dernier dans le XIe arrondissement.

Les enquêteurs ont désormais une idée précise des jours qui ont précédé l'attaque au hachoir qui a fait deux blessés vendredi devant les anciens locaux de Charlie Hebdo dans le XIe arrondissement de Paris. Une attaque préméditée en réaction à la nouvelle publication des caricatures de Mahomet à l'occasion du procès sur les attentats de janvier 2015.

· Le suspect a menti sur son identité

Lorsque les policiers l'arrêtent dans la station de métro Bastille quelques minutes après l'attaque, le suspect se présente sous l'identité d'Hassan Ali et dit être né au Pakistan le 10 août 2002. Une identité qu'il avait présentée à l'aide sociale à l'enfance du Val-d'Oise lors de son arrivée en France en août 2018 après avoir quitté son pays natal et traversé l'Iran, la Turquie et l'Italie. L'homme serait alors mineur, ce dont doutent les services de l'Etat. Il bénéficie toutefois d'une protection.

Lors de son interpellation, il serait donc tout juste âgé de 18 ans. Là encore les enquêteurs doutent de son âge. Sur son téléphone portable découvert lors de la perquisition de son domicile à Pantin, en Seine-Saint-Denis, la photo d'un passeport est retrouvée. Il est au nom de Zaher Hassan Mahmoud, né au Pakistan le 21 janvier 1995. La photo correspond à celle du suspect.

Après avoir nié, l'homme a finalement reconnu que cette dernière identité était la sienne, a indiqué ce mardi le procureur national antiterroriste lors d'un point presse.

· Des repérages quelques jours auparavant

Le suspect a reconnu devant les enquêteurs avoir prémédité son action. "Il a reconnu du manière constante la matérialité des faits, a précisé Jean-François Ricard. Il indique avoir regardé ces derniers jours des vidéos en provenance du Pakistan évoquant la publication initiale puis la nouvelle publication des caricatures de Mahomet (...)". L'homme s'est lui-même décrit "en colère" et a donc décidé de s'en prendre à la rédaction de Charlie Hebdo.

"Il a fait des recherches qui lui ont permis d'identifier l'immeuble de la rue Nicolas Appert sans qu'il ne soit informé que le journal avait déménagé à la suite de l'attentat de janvier 2015", a poursuivi le procureur.

Pour préparer son acte, le suspect a fait des "repérages" les 18, 22 et 24 septembre derniers. Le jour de l'attaque, il s'est rendu à Saint-Denis pour acheter un hachoir, un marteau et des bouteilles de White Spirit.

· Le suspect voulait incendier les locaux de Charlie Hebdo

Le mis en cause de l'attaque avait pour projet initial d'incendier les locaux de Charlie Hebdo, qu'il pensait se trouver rue Nicolas Appert. Il avait pour cela acheté trois bouteilles de White Spirit, dont deux ont été retrouvées dans le sac à dos du suspect abandonné dans la rue, et une troisième à proximité. Il s'était muni d'un marteau pour rentrer dans les locaux en cas d'impossiblité.

Arrivé sur place vendredi 25 septembre, il procède à un premier passage devant le 6 rue Nicolas Appert où un homme et une femme fumaient une cigarette à proximité. Il revient quelques secondes plus tard pensant que les deux jeunes gens travaillaient pour Charlie Hebdo. "Il a finalement choisi de les attaquer", a fait savoir Jean-François Ricard.

· Le déroulé précis de l'attaque

Le procureur national antiterroriste est revenu sur le déroulé précis de cette attaque qui a duré entre "15 et 20 secondes". Un homme "porteur de chaussures rouges, d'un survêtement gris et d'un sac à dos" est passé une première fois à 11h33 devant le 6 rue Nicolas Appert. "Une vingtaine de secondes" après, il est revenu sur ses pas. Il a attaqué l'homme puis la femme avec son hachoir en portant "de nombreux coups", notamment à la tête.

Les victimes ont réussi à s'enfuir. L'individu a lui pris la fuite après avoir tenté de les poursuivre. Le suspect a rejoint l'Allée Verte puis le boulevard Richard Lenoir. Il a pris le métro, a eu un échange avec une deuxième personne qui s'est révélée avoir eu un comportement "courageux" car elle a tenté d'arrêter l'agresseur. Ce dernier a emprunté la ligne 5, est ressorti et a été interpellé à 12h35 à la station Bastille.

Les victimes sont une femme de 28 ans et un homme de 32 ans. La première présente plusieurs plaies et des fractures au visage. L'homme présente lui aussi plusieurs fractures au crâne, il est toujours hospitalisé dans un état très grave.

https://twitter.com/justinecj Justine Chevalier Journaliste police-justice BFMTV