BFMTV

Attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo: le profil flou du suspect

L'identité du suspect interpellé vendredi quelques minutes après l'attaque de deux personnes devant les anciens locaux de Charlie Hebdo est au coeur des investigations.

Lors de ses premières déclarations quelques instants après avoir été interpellé au bas des marches de l'opéra Bastille, le principal suspect dans l'attaque devant les locaux de Charlie Hebdo qui est survenue vendredi à Paris a dit avoir 18 ans et être d'origine pakistanaise. Des éléments qui font douter les enquêteurs, d'autant que l'homme, qui présentait des taches de sang au visage lorsqu'il a été arrêté, ne portait pas sur lui de papiers d'identité.

Pour l'heure, les enquêteurs de la police judiciaire de Paris et de la Direction générale de la sécurité intérieure n'ont aucune certitude sur son identité. La photo d'une carte d'identité sur laquelle l'homme a 25 ans a été découverte sur le téléphone portable d'un suspect et pour l'heure cette identité est toujours en cours de vérification. Le nom figurant sur le papier d'identité correspond en tout cas à celui qui apparaît sur une vidéo découverte par les policiers sur Internet.

Attaque préméditée

Dans cette vidéo, il évoque la publication des caricatures du prophète par Charlie Hebdo à l'occasion du procès des attentats de janvier 2015. Il exprime sa colère contre le journal satirique. On y voit l'individu en habit traditionnel parler face à la caméra, mais aussi pleurer et entonner des chants traditionnels pakistanais. Il s'exprime en ourdou, l'une des langues parlées au Pakistan.

"Aujourd’hui je suis dans un état désespéré, je vous explique pourquoi. En France, ils ont montré une certaine vision de l’sslam, et c’est pour ça qu'aujourd’hui, le 25 septembre, je veux combattre cette vision de l’islam. Avant d’agir, je voulais faire connaître mes sentiments", dit-il dans cette vidéo, qui n'est pas une vidéo de revendication.

Lors de sa garde à vue qui a débuté vendredi, l'homme a reconnu avoir voulu s'en prendre à des journalistes de Charlie Hebdo. Il s’est rendu la veille de l'attaque rue Nicolas-Appert pour y faire des repérages. Dans son sac, les enquêteurs ont retrouvé du White-spirit. L’homme souhaitait dans un premier temps mettre le feu aux anciens locaux de Charlie Hebdo, qu’il pensait être toujours à cette adresse. Il s’est ravisé et a sorti son hachoir, qu’il avait également acheté quelques jours auparavant.

Une interpellation en juin

L'identité donnée par le suspect correspond à celle d'un mineur arrivé en France en 2018, qui a ensuite été pris en charge par l'Aide sociale à l'enfance du Val-d'Oise. Les services du département contestent sa minorité, mais une décision de justice confirme sa prise en charge par les services de l'Etat jusqu'au 10 août 2020. Depuis, il n'était plus sous la protection de l'Aide sociale à l'enfance. Il s'est installé ensuite dans un foyer en Seine-Saint-Denis.

En juin dernier, il a été interpellé à la suite d'une rixe entre des membres de la communauté pakistanaise à proximité de la gare du Nord. Plusieurs personnes ont été arrêtées après l'intervention des forces de l'ordre. Ces dernières retrouvent alors sur le suspect un hachoir, une arme similaire à celle utilisée pour attaquer les deux journalistes de la société de production Premières lignes vendredi, rue Nicolas-Appert, dans le 11e arrondissement de Paris.

Justine Chevalier avec Mélanie Vecchio