BFMTV

Assistants parlementaires: Marielle de Sarnez et 18 eurodéputés visés par une enquête

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire en "abus de confiance" concernant 19 députés européens en mars dernier, explique ce lundi soir Le Parisien sur son site. Marielle de Sarnez, ministre chargée des Affaires européennes, est du nombre.

Depuis février, le Front national est soupçonné d'avoir fait rémunérer par le Parlement européen certains salariés du parti en leur attribuant des emplois présumés fictifs d'assistants parlementaires au sein de l'institution. Et cette enquête, pour laquelle Marine Le Pen a été convoquée par les juges tout en refusant d'honorer cette sollicitation durant la campagne, est sur le point de connaître une réplique, d'après une enquête du Parisien, publiée ce lundi soir sur le site internet du quotidien.

Une dénonciation du FN

On y apprend que le 14 mars dernier, Sophie Montel, députée européenne frontiste, s'est fendue d'une lettre à destination du procureur de la République de Paris, François Molins.

Elle y écrivait: "Je suis contrainte de porter à votre connaissance des éléments attestant que plusieurs élus français au Parlement européen ont à leur service des assistants ayant par ailleurs des fonctions au sein de leur formation politique respective". Elle demandait alors, au nom d'un "principe d'égalité", à la justice de tirer les choses au clair concernant une trentaine d'assistants parlementaires et de 19 députés européens français. 

Marielle de Sarnez assure avoir "toujours respecté" le règlement du Parlement européen

Parmi les noms transmis au magistrat, l'un est aujourd'hui particulièrement saillant: celui de Marielle de Sarnez, à présent ministre chargée des Affaires européennes. Interrogée par le journal francilien, Marielle de Sarnez a réagi: "J’ai toujours respecté le règlement du Parlement européen. J’ai eu comme attachée parlementaire, basée dans ma circonscription à Paris, Philippine Laniesse six ou huit mois à temps partiel, après vérifications d’usage avec le parlement. Elle a fait son travail avant de démissionner il y a un mois."

Philippine Laniesse est désormais chargée de la communication de la ministre. 

Après la réception du courrier de Sophie Montel, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour "abus de confiance", le 22 mars dernier. L'enquête est dirigée par l'Office anticorruption de la police judiciaire (Oclciff). 

Robin Verner