BFMTV

Animaux mutilés: un nouveau cas dans l'Oise, la scène filmée

Des ânes à la ferme de Vanessa Peduzzi à Alpe Bedolo, sur la commune de Schignano, le 25 juin 2020 en Lombardie. (PHOTO D'ILLUSTRATION)

Des ânes à la ferme de Vanessa Peduzzi à Alpe Bedolo, sur la commune de Schignano, le 25 juin 2020 en Lombardie. (PHOTO D'ILLUSTRATION) - Miguel MEDINA © 2019 AFP

La queue d'une ânesse de 30 ans a été coupée à Margny-sur-Matz, dans l'Oise, dimanche. Les faits ont été filmés par une caméra de vidéosurveillance et une enquête a été ouverte.

Une liste qui n'en finit pas de s'allonger. Un nouveau cas d'agression d'animaux a été rapporté par Le Parisien ce lundi. Il s'agit cette fois d'une ânesse, dont la queue a été coupée. Les faits se sont déroulés dimanche, à l'aube, à Margny-sur-Matz, dans l'Oise.

"C'est abject"

La propriétaire de l'animal âgé de 30 ans, nommé Jeannette, a raconté la scène au Parisien: "Une première voiture est venue pour tenter de couper les fils électriques puis une seconde a défoncé la barrière et a pourchassé ma jument", se souvient Marie, encore terrifiée.

Mais la jument a résisté à ses agresseurs, effectuant plusieurs ruades pour les effrayer. Ces derniers se sont alors attaqués à l'ânesse qui se trouvait sur le même pâturage.

"Ils lui ont tranché la queue. C'est abject", s'indigne sa propriétaire, ajoutant "qu'heureusement, ils ont coupé bas et sa colonne vertébrale n'a pas été touchée."

Rondes citoyennes

Les faits ont été filmés par la caméra de vidéosurveillance de l'entrepôt du père de Marie, qui a depuis déposé plainte. Des images précieuses pour les gendarmes d'Estrées-Saint-Denis, qui ont depuis ouvert une enquête.

Selon Le Parisien, les habitants de la commune envisagent depuis de "monter des rondes citoyennes", afin d'assurer une surveillance, notamment la nuit, des équidés des environs. La semaine dernière, Gérald Darmanin en visite dans le département, appelait les propriétaires à ne pas faire justice eux-mêmes:

"J’appelle les Français, et particulièrement les propriétaires de chevaux, à ne pas se faire justice soi-même. Ne risquons pas le drame dans le drame."

Pour l'heure, après une arrestation infructueuse dans le Haut-Rhin, les autorités n'ont toujours aucun suspect concernant la série de mutilations d'animaux qui se multiplient sur le territoire depuis le début de l'année.

Esther Paolini Journaliste BFMTV