BFMTV

Anesthésiste soupçonné d'empoisonnements: les étranges pratiques du docteur Péchier

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Besançon examine ce mercredi l'appel du parquet contre la décision de placer sous contrôle judiciaire le docteur Péchier, cet anesthésiste soupçonné d'avoir empoisonné au moins 24 patients.

La remise en liberté sous contrôle judiciaire du docteur Péchier peut-elle engendrer un trouble à l'ordre public? C'est la question que va examiner ce mercredi la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Besançon, saisie d'un appel du parquet le 18 mai dernier. Le ministère public avait requis la veille un placement en détention provisoire de cet anesthésiste mis en examen à la mi-mai pour 17 nouveaux cas d'empoisonnements présumés sur des patients.

Lors de cette audience à huis clos, les avocats des deux parties vont exposer leurs arguments. Les parties civiles vont, elles, pouvoir développer devant la chambre de l'instruction ses éléments pour tenter de convaincre les magistrats que le docteur Frédéric Péchier a violé son contrôle judiciaire. Déjà sous cette mesure depuis 2017 après sa mise en examen pour 7 premiers cas d'empoisonnements présumés, l'anesthésiste avait respecté ses obligations. A en croire les avocats des victimes potentielles, ce ne serait plus le cas depuis le mois de mai dernier et cette nouvelle mise en examen.

"On avait le sentiment qu'il avait respecté son contrôle judiciaire [jusque-là] qu'il avait respecté les règles et pas tenté d'influencer les témoins, l'enquête, etc...", explique Maître Berna.

"En train de farfouiller"

Pour la défense, ces arguments ne tiennent pas. "Ce ne sont pas des arguments valables, a tranché Me Randall Schwerdorffer, l'avocat de Frédéric Péchier. Le juge des libertés et de la détention, il y a un mois de cela, a dit: 'non, il n'y a pas eu de violation de contrôle judiciaire, il l'a scrupuleusement respecté'." Et d'ajouter, "serein": "Il a déjà connu trois audiences de cette nature-là, ça sera la quatrième. On a du mal quand on connaît le dossier à conceptualiser qu'il puisse être placé en détention."

Toutefois les parties civiles vont pouvoir s'appuyer sur de nombreux témoignages qui dressent un portrait troublant de l'anesthésiste. Lorsqu'il officiait à la clinique Saint-Vincent, le docteur Péchier avait pris l'habitude de venir tôt le matin. Un détail qui a alerté les enquêteurs car ce sont les patients du matin qui ont été le plus majoritairement visés par les empoisonnements. L’anesthésiste avait une autre habitude: celle de se servir directement à la pharmacie de l’établissement.

Une infirmière dira d’ailleurs qu’"il était toujours en train de farfouiller dans les tiroirs".

Un complot pour le docteur Péchier

D'autres témoignages alertent sur des comportements inhabituels de la part d'un médecin. Un de ses confrères a d'ailleurs rapporté aux enquêteurs l'avoir vu aller chercher lui-même du potassium pour un patient dans le service de cardiologie à l’automne 2016. Une démarche "surprenante" d’après le médecin, qui explique que ce genre de tâche est le plus souvent laissé aux infirmières. Le docteur Péchier avait aussi l’habitude de venir au bloc avec une mallette noire, puis de repartir avec. Là encore, un confrère évoque une démarche inhabituelle dans des salles stériles.

Autre détail étonnant: lors de la perquisition du domicile et du véhicule du docteur Péchier en 2017, les enquêteurs retrouveront dans sa voiture une trousse premier secours, mais aussi une seringue et du matériel de perfusion. L'intéressé a expliqué vouloir se dire prêt en cas d'accident de la route. Sur les autres éléments, l'anesthésiste a reconnu avoir sorti plusieurs produits de la clinique, ce qui est illégal. Mais avant tout, le docteur Frédéric Péchier crie au complot et dénonce l'ambiance délétère entre tous les collègues de la clinique.

Mélanie Bertrand avec Justine Chevalier