BFMTV

Agression de militaires à Nice: Moussa Coulibaly mis en examen et écroué

Moussa Coulibaly dans une voiture de police à Nice le 5 février 2015.

Moussa Coulibaly dans une voiture de police à Nice le 5 février 2015. - Valery Hache – AFP

Moussa Coulibaly, arrêté mardi après l'agression au couteau de trois militaires en faction à Nice, a été mis en examen samedi pour tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste et écroué.

Après l'agression de militaires à Nice mardi, Moussa Coulibaly a été mis en examen et écroué pour tentatives d'assassinats terroristes. Il avait utilisé un couteau pour blessés trois hommes en faction devant un centre communautaire juif.

Cet homme de 30 ans, originaire de Mantes-la-Jolie dans les Yvelines, avait été refoulé de Turquie fin janvier et séjournait à Nice depuis. Durant sa garde à vue, il a rompu le silence mercredi pour évoquer sa haine de la France, de la police, des militaires et des juifs, selon une source proche de l'enquête. Comme l'avait requis le parquet de Paris, un juge a ensuite ordonné son placement en détention provisoire.

"Une vie de vagabond désoeuvré"

Les enquêteurs devront explorer les motivations de ce trentenaire, refoulé de Turquie fin janvier et qui séjournait à Nice depuis, où, surveillé par des policiers du renseignement, il a été vu mener une vie de vagabond désoeuvré dans les jours précédant l'attaque.

Dans cette ville, il n'avait "ni racine ni contact", avait indiqué mercredi le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. Durant sa garde à vue, il a rompu le silence mercredi pour évoquer sa haine de la France, de la police, des militaires et des juifs, selon une source proche de l'enquête.

"Froid et déterminé"

Puis, à la fin des 48 premières heures de garde à vue, il a fait savoir qu'il ne voulait plus d'avocat, a raconté à l'AFP celle qui l'a assisté pendant les premiers interrogatoires, Me Caroline Laskar. Pour elle, après un moment où il a semblé "prostré", Moussa Coulibaly lui est apparu "froid et déterminé", "peu soucieux de ce qui allait lui arriver". Il a été interpellé mardi à 14h00 après avoir blessé au couteau deux militaires, tandis qu'un troisième était parvenu à le maîtriser. L'attaque a eu lieu en plein coeur de Nice sur une artère commerciale très fréquentée.

E. M. avec AFP