BFMTV

Affaire Maëlys: le procureur de la République regrette de nombreuses fuites dans l'enquête

Le procureur de la République de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, a regretté ce vendredi sur notre antenne les "nombreuses fuites" dans l'enquête sur la disparition de Maëlys.

Invité à réagir ce vendredi soir, au micro de BFMTV, sur la photo dont disposent les policiers dans l'enquête sur la disparition de Maëlys, le 27 août dernier, le procureur de la République de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, a refusé de confirmer ou infirmer l'existence de cette photo. Le cliché, tiré ses caméras de vidéo protection de Pont-de-Beauvoisin, dans l'Isère, montre une silhouette blanche de petite taille sur le siège passager du véhicule du principal suspect, la nuit de la disparition de la petite fille.

"Ces fuites sont de nature à gêner l'enquête"

Le procureur de la République a regretté un certain nombre de fuites, qui, selon lui, gênent le bon déroulement de l'enquête.

"L'enquête a recueilli un certain nombre d'éléments, sur lesquels les enquêteurs, les experts travaillent, et ces éléments sont couverts par le secret de l'instruction. Depuis le début de cette affaire, de nombreuses fuites ont été organisées par des personnes soumises au secret de l'instruction, et ces fuites sont de nature à gêner l'enquête. Celle-ci en fait partie", a fait valoir Jean-Yves Coquillat. Et d'ajouter: "Je ne saurai tolérer plus longtemps les fuites de l'enquête". 

"Dans ce type d'affaire, on peut véritablement nuire à l'enquête. Ici, l'enfant n'a pas été retrouvée, les parents sont dans une situation qui est terrible, la plus terrible qui puisse exister, et tout ce qui peut nuire à l'enquête est une chose qui retarde celle-ci", a poursuivi le procureur de la République de Grenoble, rappelant que les recherches pour tenter de retrouver Maëlys n'ont jamais cessé depuis la disparition de l'enfant de neuf ans, le 27 août dernier. 

A.S.