BFMTV

Affaire Kerviel: l'ex-trader s'estime "blanchi" par le témoignage de la policière chargée de l'enquête

Jérôme Kerviel, ici en avril 2015, s'est estimé "blanchi" par les informations révélées par "Mediapart".

Jérôme Kerviel, ici en avril 2015, s'est estimé "blanchi" par les informations révélées par "Mediapart". - Thomas Samson - AFP

Il s'estime "blanchi". Jérôme Kerviel a réagi à la suite du nouveau témoignage de la policière chargée de l'enquête sur la perte de la Société Générale, pour laquelle il a été définitivement condamné à de la prison ferme en mars 2014, avant de bénéficier d'un aménagement de peine.

Face à cet incroyable rebondissement, révélé par Mediapart, et qui porte un éclairage nouveau sur cet incroyable feuilleton judiciaire, l'ex-trader, interrogé par RTL, a réclamé un procès "équitable" dont il estime ne pas avoir encore bénéficié.

Le témoignage de l'ancienne enquêtrice, pour qui "la hiérarchie de Jérôme Kerviel ne pouvait ignorer les positions (qu'il avait) prises", a eu "une vraie résonance" chez l'ancien trader. "Pour moi, je suis blanchi", a-t-il ajouté.

"Un courage immense"

Jérôme Kerviel a rendu hommage à cette policière, Nathalie Le Roy, qui a eu, selon lui, "un courage immense. Je ne la remercierai jamais assez." Aujourd'hui, l'ancien salarié de la Société Générale demande "un nouveau procès, (...) que tous les éléments soient débattus clairement. Je veux un procès équitable, chose que je n'ai pas eue" à ce jour.

Il a saisi, la semaine dernière, la commission d'instruction de la Cour de révision et de réexamen des condamnations pénales, première étape vers l'éventuelle annulation de sa condamnation à cinq années d'emprisonnement, dont trois ferme, et la possible tenue d'un nouveau procès.

Libéré le 9 septembre dernier après 112 jours de détention, Jérôme Kerviel effectue aujourd'hui sous bracelet électronique le solde de sa peine. Il a indiqué mardi que ce bracelet lui serait retiré le 26 juin.

Jé. M. avec AFP