BFMTV

Affaire Grégory: les auditions des grands-parents sont terminées, les gardes à vue se poursuivent

D'après nos informations, la grand-mère et le grand-père de l'enfant ont été entendus comme témoins. Ce rebondissement pourrait relancer l'enquête sur l'assassinat de Grégory Villemin, dont le corps avait été retrouvé dans la Vologne le 16 octobre 1984.

Rebondissement dans l'Affaire Grégory. D'après nos informations, trois personnes ont été interpellées ce mercredi matin et placées en garde à vue. Les interpellations, effectuées par la section de recherche de la gendarmerie de Dijon, concernent un couple et une tierce personne.

Deux individus ont également entendus comme témoins. D'après nos informations, il s'agit de Monique Villemin, la grand-mère de l'enfant. Son état de santé et son âge - 86 ans - ont été jugés incompatible avec le régime de la garde à vue, ce qui explique qu'elle ait été entendue en audition libre, à son domicile. Son mari Albert a également été entendu. Les auditions des grands-parents sont terminées, a-t-on appris en fin de journée.

Les cinq individus font tous partie de l'entourage proche de la famille Villemin. Ces interpellations, qui interviennent près de 33 ans après l'assassinat du petit Grégory Villemin, alors âgé de 4 ans, pourraient relancer l'une des affaires criminelles françaises les plus mystérieuses. Les trois gardes à vues sont toujours en cours à Dijon, elles peuvent au total durer 48 heures. 

Les 5 personnes font partie de l'entourage de la famille Villemin

Selon nos informations, le couple de septuagénaires interpellé à Aumontzey, dans les Vosges, est très proche de la famille Villemin, puisqu'il s'agit de Marcel et Jacqueline Jacob, le grand-oncle et la grande-tante du petit Grégory.

La troisième personne interpellée est Ginette Villemin, la tante par alliance du petit garçon et belle-soeur de Jean-Marie Villemin, le père. Toujours d'après nos informations, tous trois ont été placés en garde à vue pour complicité d’assassinat, non-dénonciation de crime, non-assistance à personne en danger et abstention volontaire d’empêcher un crime.

Le 16 octobre 1984, le corps de Grégory Villemin avait été retrouvé dans la Vologne, à près de 7 kilomètres du domicile familial de Lépanges-sur-Vologne, dans Les Vosges. L'enfant avait été repêché dans la rivière les jambes et les mains liées avec une cordelette.

-
- © Emeline Gaube // BFMTV.com

L'affaire rouverte à deux reprises

Bernard Laroche, le cousin du père, Jean-Marie Villemin, avait été mis en examen puis écroué, avant d'être finalement libéré. Il a été abattu un mois plus tard par Jean-Marie Villemin. Christine, la mère de Grégory, avait été soupçonnée à son tour, avant d'être blanchie en février 1993.

En 2000 puis en 2008, l'affaire a été rouverte. La première fois pour analyser l'ADN retrouvé sur le timbre d'une lettre anonyme envoyée en 1983 aux grands-parents de l'enfant. La deuxième fois pour analyser d'autres traces ADN. Ces deux séries d'analyses n'avaient rien donné.

Charlie Vandekerkhove avec Mélanie Bertrand