BFMTV

Affaire Elisa Pilarski: la juge se rend sur les lieux du drame

BFMTV

La juge d'instruction en charge de l'enquête sur l'affaire Elisa Pilarski, morte au mois de novembre dernier après avoir été mordue par un ou des chiens, se rend ce mercredi en début d'après-midi sur les lieux du drame. La magistrate va tenter de comprendre un peu mieux les déplacements de chacun dans la forêt de Retz.

La juge d'instruction en charge de l'enquête sur la mort d'Elisa Pilarski veut se rendre compte par elle-même. La magistrate et son greffier se transportent ce mercredi midi dans la forêt de Retz, dans l'Aisne, où le corps mutilé de la jeune femme de 29 ans a été retrouvé le 16 novembre dernier, dans le but de tenter de comprendre les déplacements de chacun ce fameux jour.

L'autopsie de la jeune femme enceinte au moment des faits a confirmé qu'Elisa Pilarski a succombé à une hémorragie consécutive à plusieurs morsures de chiens, alors qu'elle promenait son animal dans la forêt. Les investigations menées par le juge d'instruction, en charge de l'enquête depuis le 20 novembre dernier, doivent déterminer l'animal responsable de ces morsures: le chien de la jeune femme, des chiens engagés dans une chasse à courre ou des chiens errants.

Version contre version

Des analyses ADN ont été réalisées sur 67 chiens, les résultats des prélèvements n'ont toujours pas été révélés. Le compagnon d'Elisa Pilarski se bat pour faire reconnaître l'innocence de son chien.

"Il n'aurait jamais touché Elisa, c'est impossible", confiait Christophe à BFMTV au mois de janvier.

Ce dernier, accompagné de son avocat, sera présent cet après-midi dans la forêt de Retz. C'est lui qui a découvert le corps de sa compagne, après avoir reçu un appel au cours duquel la jeune femme disait être attaquée.

Lors de ce transport de justice, la justice va demander à Christophe où il a retrouvé le corps, mais aussi ce qu'il a vu et qui il a pu rencontrer. Ce jour-là se déroulait en effet une chasse à courre. Son organisateur, le maître d'équipage, va également assister à cet acte d'enquête. La magistrate a décidé de l'entendre ce mercredi matin afin qu'il lui livre sa version des faits, au cours de cette première audition. Lui aussi estime que les chiens participants à la chasse à courre ne peuvent être responsables de la mort de la jeune femme.

Il y a deux semaines, Sébastien Van Der Berghe a été placé, à sa demande, sous le statut de témoin assisté. Un statut qui lui permet d'avoir accès au dossier afin de se défendre. Au début du mois de février, son avocat demandait au procureur de Soissons "à rendre publics, le plus rapidement possible, certains éléments objectifs de la procédure afin que cesse enfin la propagation d’informations parcellaires ou inexactes sur le nombre de chiens à l’origine du décès de madame Pilarski ou le comportement du chien Curtis".

Justine Chevalier avec Matthias Tesson