BFMTV
Police-Justice

Affaire du Carlton de Lille: DSK va-t-il être relaxé?

INFOGRAPHIE - Le tribunal correctionnel de Lille va rendre son jugement vendredi dans l'affaire dite du Carlton. Quatorze prévenus, dont DSK, sont concernés. Rappel des faits.

Fort de la relaxe requise à son égard, Dominique Strauss-Kahn va pénétrer ce vendredi dans la salle du tribunal correctionnel pour entendre le jugement qui fixera son sort, épilogue de l'affaire de proxénétisme dite du Carlton de Lille qui a débuté en octobre 2011. Treize autres prévenus se retrouvent sur la sellette en sa compagnie, de ses amis entrepreneurs du Nord accusés d'avoir monté un réseau de prostitution, aux hommes du Carlton par qui l'affaire a démarré, et au propriétaire de maisons closes Dodo la Saumure.

Ironie de l'actualité, le projet de loi sur la prostitution, dans lequel a été réintroduit la pénalisation des clients, sera examiné le même jour à l'Assemblée nationale, vendredi. 

Prison ferme requise pour Dodo, relaxe pour DSK

Outre la relaxe "pure et simple" requise pour Dominique Strauss-Kahn par le procureur de la République, l'ancien chef de la sûreté urbaine du Nord Jean-Claude Lagarde a aussi bénéficié des doutes des magistrats du siège quant à l'accusation de proxénétisme. Sa défense, comme celle de DSK, avait pilonné l'instruction qui avait fait de son client "un marche-pied" pour étayer l'hypothèse d'un réseau proxénète organisé autour du politique.

Ce dernier n'a jamais nié sa participation à des soirées libertines, mais a martelé qu'il ignorait la qualité de prostituées, embauchées et payées par des amis, de certaines femmes qu'il rencontrait. Ces amis, deux entrepreneurs nordistes, Fabrice Paszkowski et David Roquet, ont vu requérir contre eux deux ans de prison avec sursis et 20.000 euros d'amende. Ils se défendent en affirmant n'avoir été que de simples clients de la prostitution.

Et puis il y a ceux par qui tout a commencé, les hommes du Carlton: parmi eux, René Kojfer, ancien chargé des relations extérieures de l'hôtel de luxe, ami d'enfance de Dominique Alderweireld, alias Dodo la Saumure. Quinze mois de prison avec sursis et 2.500 euros d'amende ont été requis contre René Kojfer, 73 ans. Dodo, 66 ans, est le seul prévenu contre qui de la prison ferme a été requis, compte tenu de ses antécédents judiciaires: un an et 10.000 euros d'amende. Fin du suspense dans quelques heures.

A. G. avec AFP