BFMTV

Affaire Cahuzac: "l'obsession" de Hollande était "d'avoir des preuves"

Maître Jean-Pierre Mignard, avocat de Mediapart et ami de longue date de François Hollande.

Maître Jean-Pierre Mignard, avocat de Mediapart et ami de longue date de François Hollande. - -

"S'il y a des preuves, dans la minute, il dégage", aurait dit le président de la République à propos de Jérôme Cahuzac. C'est du moins ce que rapporte maître Mignard, l'avocat de Mediapart, ce vendredi.

Maître Jean-Pierre Mignard, avocat de Mediapart et ami de longue date de François Hollande, a expliqué à i>TELE que "l'obsession" du chef de l'Etat dans l'affaire Cahuzac était de pouvoir disposer de "preuves".

Dans une interview à la chaîne d'information, l'avocat a confié que le président Hollande l'avait interrogé sur les informations révélées par le site Mediapart début décembre, mettant en cause le ministre délégué au Budget sur l'existence d'un compte bancaire non déclaré à l'étranger.

Hollande "choqué et bouleversé" ne voulait y croire

"C'est lui qui s'interrogeait, c'était un homme vraiment choqué, bouleversé par une nouvelle de cette nature (...) il avait une certaine incrédulité", a raconté Maître Mignard, qui a daté ses conversations avec le président en décembre, au moment de la parution des informations de Mediapart.

"Il me disait: 'qu'est-ce que tu en penses?' Moi, je disais: 'je n'en sais rien de plus'" que ce qu'écrit Mediapart. Il a précisé, qu'auprès du site d'information, son travail consistait à "vérifier (s'il y avait) des risques de diffamation".

Hollande voulait "des preuves"

Maître Mignard a rapporté avoir dit au chef de l'Etat "qu'en tant qu'avocat, (il) pensait qu'il y a(vait) quelque chose". Car "Cahuzac ne fait rien (...). Il ne veut pas du débat public et contradictoire", a-t-il poursuivi.

"L'obsession de François Hollande, c'était: 'je veux des preuves' (...) Je pense qu'il ne pouvait pas se séparer de ce ministre sans des preuves", a ajouté Jean-Pierre Mignard. "Il m'a dit, s'il y a des preuves, dans la minute, il dégage".


À LIRE AUSSI:

>> EDITO - Cahuzac: une commission pour rien?

>> Notre dossier sur l'affaire Cahuzac

>> Affaire Jérôme Cahuzac: les députés mènent l'enquête

D. N. avec AFP